Neutre en CO2 et sans danger

Un bus urbain qui roule à l’acide formique


Une innovation remarquable pour améliorer la qualité de l’air
RECHERCHE & ANALYSE

|

11 SEPTEMBRE 2017

Permettre de respirer de l’air pur : c’est l’une des pierres angulaires de la stratégie durable d’Air Liquide. Pour atteindre son objectif, la société travaille activement à diverses solutions destinées à améliorer la qualité de l’air. L’une d’entre elles, un bus urbain révolutionnaire roulant à «l’hydrozine», a été développée par l’équipe Team FAST.


Air Liquide ne se contente pas de proposer des innovations en matière de durabilité, elle finance aussi des projets universitaires prometteurs tels que le bus urbain à l’hydrozine de Team FAST (Formic Acid Sustainable Transportation). Team FAST est une équipe d’étudiants rattachée à l’Université technique d’Eindhoven comptant 35 membres. L’équipe planche sur un projet de bus urbain roulant à «l’hydrozine», une substance liquide composée à 99 %* d’acide formique (également appelé acide méthanoïque).

L’hydrozine, source de courant électrique


L’hydrozine n’est pas un carburant en soi , mais il le devient lorsqu’un «reformeur» le scinde en hydrogène et en CO2, lorsque le véhicule roule. L’hydrogène alimente alors une pile à combustible, qui le transforme en courant électrique. Le système de propulsion inventé par Team FAST pour un bus urbain génère un courant de 25 kW, ce qui correspond à une puissance de 30 à 35 ch. C’est suffisant pour propulser un bus, même si ce n’est pas à une vitesse fulgurante.

Neutre en CO2 et sans danger


Comme le dispositif (composé d’un réservoir à hydrozine, du « reformeur » et de la pile à combustible) est encore trop volumineux, il est hébergé dans une sorte de remorque appelée «REX» ou «Range Extender» attachée à l’arrière du bus.. Le bus électrique de la marque VDL bénéficie, dans le projet test actuel, de 200 km d’autonomie supplémentaire grâce à l’acide formique contenu dans le REX qui lui est adossé . Le système hydrozine/REX est neutre en CO2, durable et sûr. Cette technologie offre de réelles possibilités d’amélioration de la qualité de l’air dans les villes et les communes. La substance présente par ailleurs de nombreux avantages pratiques. Citons notamment la densité énergétique de l’hydrozine, quatre fois plus élevée que celle d’une batterie classique, ainsi que sa forme liquide.


Si le projet de bus urbain en est encore à la phase de test, l’équipe a déjà réussi à mettre en marche une maquette de Porsche 911 d’une longueur d’1 m à l’aide de la même technologie. La raison pour laquelle Team FAST a choisi de travailler sur un bus est qu’il existe peu de solutions alternatives durables dans ce domaine. Les sociétés de bus sont dès lors très attentives quand on leur parle d’un système de propulsion alimenté par une source d’énergie renouvelable, offrant une autonomie de 400 km et permettant de faire rapidement le plein.

Une pile à hydrogène?


«Produire de l’énergie verte en utilisant intelligemment les sources naturelles telles que le soleil, le vent et l’eau est déjà un défi de taille en soi, en tout cas si l’on veut le faire de façon réellement durable, économique et rentable. Stocker et acheminer cette énergie une fois produite est encore plus difficile», explique André Vredenburg, Research & Analysis Sales Representative chez Air Liquide. «Utiliser l’hydrozine comme vecteur d’hydrogène (on peut en fait la considérer comme une sorte de pile à hydrogène) constitue sans aucun doute une innovation prometteuse, qui permet d’emmagasiner de l’énergie à haute densité dans un véhicule

Prochaine étape: prototype REX opérationnel


«Nous sommes ouverts à toutes les inventions pertinentes susceptibles d’améliorer la qualité de l’air et nous nous efforçons d’y apporter notre contribution, qu’elle soie technique, financière ou les deux à la fois. Dans cette optique, nous travaillons volontiers avec des universités et des étudiants, car ils sont ceux qui façonnent l’avenir. Nous avons été ravis de participer à ce projet et il nous donne l’envie de continuer dans cette voie.Team FAST devrait disposer d’un prototype REX opérationnel d’ici la fin de l’année. Nous envisagerons alors le rôle que pourrait jouer Air Liquide dans le développement de cette technologie.»


 

*Le pour cent restant est un additif permettant d’utiliser également l’acide formique à basse température.

comment mourir écolo ?

La demande de cercueils en carton augmente auprès des pompes funèbres


Plusieurs clients de pompes funèbres demandent désormais à disposer de cercueils en carton, plus respectueux de l’environnement dans le cadre d’une inhumation.


Amandine BegotLa Revue de PresseLa rédaction de RT

L’écologie, une préoccupation qui touche désormais tous les secteurs. La preuve avec cette question : comment mourir écolo ? C’est à lire à la une du Bien Public. Le quotidien est formel. « Il s’agit d’une vraie tendance aujourd’hui », expliquent les pompes funèbres de Dijon. « Une famille sur 3 demande si nous commercialisons des cercueils en carton« .

Des cercueils moins chers, comptez entre 100 et 600 euros. Plus écolo aussi. En cas d’inhumation, il se dégrade en seulement une année quand un cercueil en bois peut mettre jusqu’à 10 ou 15 ans.

Par ailleurs, sachez-le : la crémation est de loin la solution la plus respectueuse de environnement avec 233 kilos de CO2 en moyenne, contre 833 (3 fois et demi plus) pour une inhumation. C’est l’équivalent tout de même de ce que rejette une voiture qui parcourt 1.000 km.<

Les briques Lego en canne à sucre


Depuis le début mois d’août la marque Lego, 1er vendeur de jouets dans le monde, commercialise de nouvelles briques, fabriquées à partir de canne à sucre. Alors que les amateurs se rassurent, le groupe danois est formel, aucune différence avec les Lego tels qu’on les connait.

La sensation au toucher est la même, les briques s’empilent toujours à l’infini. Le matériau en revanche est bien moins polluant que le pétrole qui servait jusqu’ici à fabriquer les briques multicolores.


Pour l’instant, explique Le Figaro Économie qui révèle ce lundi 27 août l’information, ces Lego écolo ne sont vendus que dans quelques pays. En Allemagne, au Royaume-Uni, en Autriche, aux États-Unis et au Canada. En France, ces nouveaux jouets plus respectueux de l’environnement devraient arriver dans nos rayons à l’automne.

Le manque de terres agricoles pousse aussi à la déforestation

Le manque de terres agricoles pousse aussi à la déforestation : 91 % des terres « récupérées » dans la forêt amazonienne servent ainsi aux pâturages ou à la production de soja qui nourrira plus tard le bétail. Et moins de forêt, c’est moins d’émissions de dioxyde de carbone absorbées.

LA CONSOMMATION DE VIANDE, PRINCIPALE CAUSE DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE




L’élevage intensif émet plus de CO2 que l’ensemble des transports de la planète. [AFP / ARCHIVES]

La consommation de viande et l’élevage destiné à l’alimenter représentent la principale source d’émissions de CO2 sur la planète, devant les transports. Seule une diminution de la part de la viande dans l’alimentation permettrait d’endiguer le phénomène.


On compte plus de 2% de végétariens en France, une proportion qui tend à augmenter de plus en plus rapidement. Mais la consommation de viande reste bien ancrée dans les habitudes, les traditions et les mentalités. Elle entraîne la mise en place de cheptels de bêtes un peu partout sur Terre. Selon les calculs de AsapSCIENCE, 25 milliards de poulets, 1,5 milliard de vaches, et un milliard de moutons et de cochons fouleraient ainsi le sol terrien.

Cette prolifération d’animaux, qui n’ont d’autre destin que celui d’être mangé, entraîne diverses conséquences négatives pour notre planète, et constitue la principale cause du réchauffement climatique.

LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE


Sans l’élevage intensif d’animaux, les terres qu’ils foulent – approximativement de la taille du continent africain – seraient utilisées pour planter des cultures de légumes, de fruits ou de céréales. Par ailleurs, la vie végétale pourrait reprendre le dessus, ce qui permettrait de freiner les effets du réchauffement climatique. Les animaux et l’agriculture liée à leur alimentation (soja, notamment) sont en effet à l’origine de 15% des émissions de gaz à effet de serre, soit plus que la totalité des émissions de CO2 liées aux transports (voitures, avions, etc…).

Le retour d’arbres ou de végétaux sur ces terrains permettrait d’absorber davantage de CO2. Autre avantage, l’absence de bêtes d’élevage réduirait énormément la consommation d’eau dans le monde entier. Actuellement, l’utilisation d’eau douce est consacrée à 70% pour l’agriculture. Cela concerne évidemment les cultures de végétaux mais surtout l’élevage.

70% DE LA SURFACE AGRICOLE MONDIALE UTILISÉE POUR LE BÉTAIL


En élevage industriel, la production d’un kilogramme de bœuf absorbe par exemple 13.500 litres d’eau. C’est bien plus élevé que la consommation nécessaire à la culture de céréales telles que le riz (1.400 litres) ou le blé (1.200). En 2002, un tiers des céréales produites et récoltées dans le monde avait directement servi à nourrir le bétail. Cela représentait au niveau mondial 670 millions de tonnes, soit assez pour nourrir trois milliards d’êtres humains.

Une étude parue en 2013 note que l’« empreinte eau » des Européens liée à leur alimentation pourrait baisser de 23 % à 38 % en diminuant ou supprimant la part de la viande dans les repas.

Gourmande en eau et en céréales, la production de viande l’est aussi en terres.

Ce « miel » toxique de Chine

Ce « miel » toxique de Chine envahit possiblement les étagères de votre supermarché, et vous n’en aviez aucune idée

La plupart des gens aiment le miel, mais cette substance collante et sucrée que vous étendez sur votre toast pourrait-elle ne pas être du miel du tout ?

Illustration – Getty Images | Westend61

En récoltant du miel non mûr, dont la teneur en eau est élevée, les fraudeurs le font sécher artificiellement, enlèvent les résidus de résine et ajoutent des sirops bon marché.

« La production de miel non mûr implique des niveaux de production plus rapides et plus élevés d’un produit qui ne correspond pas à la définition du miel (fraude) », déclare Norberto Garcia, président de l’Organisation internationale des exportateurs de miel (IHEO).

Illustration – Getty Images | Bill Oxford

Le sirop de maïs à haute teneur en fructose (HFCS) et la canne à sucre ont été ajoutés au miel chinois en tant que produit de remplissage peu coûteux. En fait, pour perdre du poids et éviter les maladies cardiaques et le diabète, le HFCS est quelque chose que vous devriez éviter comme la peste. Une partie de ce qui fait du HFCS un produit si malsain est qu’il est métabolisé en graisse dans votre corps beaucoup plus rapidement que n’importe quel autre sucre.

Alors que la Chine est le plus grand producteur de miel au monde, un phénomène étrange s’est manifesté.

Malgré une augmentation de seulement 21 % des ruches, la population d’abeilles en Chine diminue rapidement en raison de l’utilisation généralisée de pesticides hautement toxiques, ainsi que de la pollution causée par les usines d’État chinoises – les abeilles sont au seuil de l’extinction dans certaines régions de Chine et les fleurs doivent être pollinisées à la main par les humains. La pollution de l’environnement s’est aggravée et les politiciens du Parti communiste ferment les yeux.

Illustration – Getty Images | Monthon Wa

Curieusement, bien que la population d’abeilles de la Chine soit en train de mourir, la production de miel du pays ne fait qu’augmenter. Selon les données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la Chine a produit 461 431 tonnes de miel en 2013, 474 786 tonnes en 2014, 488 726 tonnes en 2015 et 502 614 tonnes en 2016.

Il est difficile de se fier sur la pureté du miel provenant de Chine ! Comment la Chine peut-elle produire plus de miel que sa population d’abeilles le pourrait ?

Réponse : Fraude dans le miel : contrefaçon par adultération, falsifications…


Le sirop produit à partir du riz est plus difficile à détecter, et en l’ajoutant au miel, les producteurs chinois de miel frelaté peuvent produire un surplus massif, et ce n’est pas limité à cela.

« Pour les produits les moins chers, il s’agit de sucre liquide de riz ou de maïs ayant l’aspect et la couleur du miel, réalisés avec des méthodes élaborées qui passent le cap des analyses européennes », explique Henri Clément, président de l’UNAF, au Figaro.

Illustration – Getty Images | Frank Rothe… Pots de miel ?

« Il n’y a pas de méthode unique pour tester l’authenticité du miel – parce qu’il y a tant de façons de produire des adultérations », fait remarquer le Dr Stephan Schwarzinger, professeur de biologie structurelle à l’Université de Bayreuth, selon Euractiv.

« Plus des trois quarts du miel vendu dans les épiceries américaines n’est pas exactement ce que les abeilles produisent », affirme Andrew Schneider, journaliste deux fois lauréat du prix Pulitzer, dans son article du 7 novembre 2011, Food Safety News (FSN).

Selon Euroactiv, des tests menés en 2015 par la Commission européenne ont révélé que sur plus de 2 000 échantillons de miel, 32 % des miels vendus dans l’UE n’étaient « soit pas conformes, soit soupçonnés de ne pas l’être ».

Afin d’échapper aux droits de douane élevés imposés par des pays comme les États-Unis sur leur miel, les fraudeurs chinois ont trouvé un moyen de réacheminer leur produit à travers les pays du tiers monde et les pays asiatiques, où il subit une ultrafiltration pour éliminer les traces de pollen qui pourraient révéler son pays d’origine. Il est ensuite dilué ou coupé avec des édulcorants bon marché, réétiqueté et exporté dans le monde entier, probablement vers votre supermarché préféré.


Mark Jensen, président de l’Association américaine des producteurs de miel, a déclaré : « L’élimination de tout pollen ne peut être obtenue que par ultrafiltration et ce processus de filtration ne fait que coûter de l’argent et diminue la qualité du miel. » Il a ajouté : « À mon avis, il est assez sûr de supposer que tout miel ultrafiltré sur les tablettes des magasins provient de Chine et il est encore plus sûr de supposer qu’il est entré au pays illégalement et en violation de la loi fédérale. »

Une situation gluante en Australie

Le problème du miel frelaté se fait sentir un peu partout. L’apiculteur australien Simon Mulvany, de Victoria, a mené une campagne sur les médias sociaux contre Capilano, le plus grand producteur de miel d’Australie. Il s’est mérité la colère de Capilano lorsqu’il a accusé le géant de vendre du miel importé « toxique », sous une étiquette mensongère.

« Le plus troublant, c’est que Capilano exporte du miel de Capilano frelaté, mélangé avec du miel chinois et le vend à des pays du Moyen-Orient », a dit M. Mulvany. « [La société de] Capilano Honey me poursuit en justice pour essayer de me faire retirer ce que j’ai dit publiquement et m’empêcher de répéter ce genre de choses. »

Et Simon Mulvany contre-attaque Capilano en justice


Le PDG de Capilano, Ben McKee, a déclaré à lABC News : « Bien que tout le miel de marque Capilano soit fabriqué à partir de miel australien pur à 100 %, la société importe du miel de fournisseurs internationaux accrédités pour l’utiliser dans des marques supplémentaires comme Allowrie. »

De nombreux apiculteurs ont cependant exprimé leur soutien à Simon Mulvany.

« Ils disent que tout cela devait vraiment sortir et que cela va améliorer l’industrie », a souligné M. Mulvany. « Beaucoup d’apiculteurs blâment le miel importé pour l’épidémie de maladies dévastatrices telle la loque américaine. Le miel importé peut contenir des bactéries vivantes qui peuvent être infectieuses et causer des maladies chez les abeilles australiennes. »


S. Mulvany soutient que si le « miel » chinois est frelaté, plus sérieusement, force est de constater la substance importée de Chine étiquetée « miel » s’est avérée nuisible à la santé.

« Les produits Capilano Honey sont vendus sous les marques Allowrie, Smiths, Barnes et Wescobee. Capilano importe du miel argentin de la plante héliotrope qui peut avoir des conséquences désastreuses car elle contient des alcaloïdes », a écrit Simon Mulvany sur Facebook.

Le cri d’alarme sur L’état de la Planète

Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète

« Le Monde » publie le manifeste signé par 15 364 scientifiques de 184 pays, paru lundi 13 novembre dans la revue « BioScience ».


Le Monde |  • Mis à jour le  |Par William J. Ripple, Christopher Wolf, Thomas M. Newsome, Mauro Galetti, Mohammed Alamgir, Eileen Crist, Mahmoud I. Mahmoud et William F. Laurance


Tribune. Il y a vingt-cinq ans, en 1992, l’Union of Concerned Scientists et plus de 1 700 scientifiques indépendants, dont la majorité des lauréats de prix Nobel de sciences alors en vie, signaient le « World Scientists’Warning to Humanity ».


Ces scientifiques exhortaient l’humanité à freiner la destruction de l’environnement et avertissaient : « Si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle. »Dans leur manifeste, Lire 



ses déchets par la fenêtre

Un tiers des Français jette ses déchets par la fenêtre sur l’autoroute


Selon une étude Ipsos – Vinci Autoroutes dévoilée ce jeudi par France Bleu, les Français sont plus négligents sur la route des vacances en matière de protection de l’environnement. Un tiers des automobilistes reconnaissent jeter des déchets par la fenêtre lorsqu’ils roulent sur l’autoroute.


Un tiers des Français jette ses déchets par la fenêtre sur l’autoroute

Des trognons de pomme, des mégots de cigarettes, des mouchoirs en papier ou encore des emballages : un tiers des Français jettent des déchets par la fenêtre de leur voiture lorsqu’ils roulent sur l’autoroute révèle une étude Ipsos-Vinci Autoroutes * que France Bleu vous dévoile ce jeudi.

« Des poubelles pleines… ou trop loin »


Alors qu’une large majorité de Français trie aujourd’hui ses déchets, sur la route, 83% expliquent les jeter au sol « parce que les poubelles sont pleines ou pas assez à proximité ».Autre raison invoquée par près de la moitié (40%) des sondés : ils « n’ont pas envie » d’emporter leurs déchets pour les jeter, plus tard, dans un vide-ordures. 31% estiment également que l’argent des impôts et des taxes devraient servir au ramassage des déchets. Enfin 15% jugent que cela ne change pas grand chose pour l’environnement.


Pourtant, lorsqu’on les interroge sur le comportement des autres, 64% des Français dénoncent le manque de conscience environnementale de leur voisin. S’ils se refusent à intervenir quand ils voient un autre usager polluer, c’est parce qu’ils craignent une réaction agressive (69%).

Jusqu’à 100 mégots par jour et par kilomètre


Autre enseignement de l’étude, alors que le risque d’incendie est notable dans plusieurs régions de France, un fumeur sur deux continue de jeter ses mégots par la fenêtre de la voiture.

Fin à une série de doutes

EN DIRECT – Nicolas Hulot L’annonce

MINUTE PAR MINUTE – Le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé, ce mardi 28 août son départ du gouvernement.

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, se rendra aux Arcs-sur-Argens, dans le Var
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, se rendra aux Arcs-sur-Argens, dans le VarCrédit : AFP / STEPHANE DE SAKUTIN
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad Journaliste RTL

« Je prends la décision de quitter le gouvernement ». Cette phrase, signée Nicolas Hulot, vient mettre fin à une série de doutes concernant sa présence au sein du gouvernement d’Édouard Philippe.<


Et c’est ce sentiment de solitude qui a contrarié toute son action ministérielle. Après des déceptions sur le glyphosate ou encore la sortie du nucléaire, il avait fait planer à de nombreuses reprises la menace d’un possible départ.

« Tout le monde devrait avoir ça »

« Tout le monde devrait avoir ça », affirme les assureurs & Agents de Contrôle technique
1 Plein sur 5 d’économie | Jusqu’à 50% de réduction | Frais de port gratuits

Faites tourner votre Moteur… à L’eau !

  • par Eco Leau
  • 06 févr., 2018

Notre concept repose sur plusieurs facteurs physiques démontrés

Pour 2018, une solution française bénéfique pour la planète et tous les automobilistes

Posté le 28/11/2017

Faites tourner votre Moteur… à L’eau ! Pollution de l’air, carburants, taxes, entretien… L’automobile coûte cher à l’environnement et aux Français. Conjuguer…eco-leau.com

Faites tourner votre Moteur… à L’eau !



Pollution de l’air, carburants, taxes, entretien… L’automobile coûte cher à l’environnement et aux Français. Conjuguer écologie et économies, c’est le pari de BME, qui  propose ECO L’Eau, un dispositif technologique ingénieux pour doper les moteurs des voitures… à l’eau ! En plus de Faire baisser la consommation de carburant et les rejets de particules nocives dans l’atmosphère, l’injection de vapeur d’eau, via ECO L’Eau, permet de ralentir l’usure prématurée des pièces moteur, apporte un plus au niveau confort de conduite : plus de couple, moins de sonorité moteur etc…

ECO L’Eau, une solution française bénéfique pour la planète et tous les automobilistes


Au fil de l’histoire de l’automobile, la consommation de carburant est devenue un enjeu majeur pour l’environnement et le pouvoir d’achat des Français. Depuis 2007, la succession de chocs et contre-chocs pétroliers entraîne d’importantes variations de prix du carburant, grevant par ricochet le pouvoir d’achat des Français. Laurent Dirigeant de la société BME et concepteur d’ECO L’Eau, souligne,

« Lors des chocs, la part de l’automobile dans la consommation des ménages français dépasse la barre des 13%. En 2014, les utilisateurs de véhicules ont acquitté 63 milliards d’euros de taxes soit plus que l’impôt sur le revenu ou que l’impôt sur les sociétés ! La fiscalité automobile représente ainsi entre 29 et 36% du budget annuel des automobilistes*. »

*Enquête de l’Automobile Club association – ACA

Or, si les tarifs du carburant stagnent aujourd’hui à des niveaux relativement bas, la taxation du gazole sera encore augmentée au 1er janvier 2018 DE 10% pour réduire l’avantage fiscal du diesel et de deux centimes par litre au titre de la taxe carbone, soit un surcoût totale de 1,50 euro pour un plein de 50 litres. Côté environnemental, au-delà des questions de raréfaction des gaz et huiles de schistes, la consommation des carburants se heurte à de nombreuses problématiques de pollution de l’air. Selon Airparif, les carburants sont responsables de plus de 50% des particules polluantes dans les agglomérations. A Paris, Lyon ou Marseille, les derniers records de pollution sont à l’origine de mesures de circulation alternée ou de limitation de vitesse jusqu’alors rares voire inconnues en France.ECO L’Eau réduit de 20 à 25% la consommation de carburant* !




Dès 1865, Pierre Hugon découvre qu’injecter de l’eau dans des moteurs à combustion interne permet un gain significatif de rendement, l’eau ayant prétendument « ordre de ralentir la combustion du gaz ». Pendant la deuxième guerre mondiale les Allemands et Américains utilisent la technique de l’injection d’eau pour augmenter la puissance de leurs moteurs d’avions lors des combats aériens. Laurent Baltazar confie,

Notre concept repose sur plusieurs facteurs physiques démontrés depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, tous les spécialistes s’accordent à reconnaître que le « dopage à l’eau » fonctionne, les constructeurs ont déposé des brevets, BMW le teste même sur certains de ses moteurs (et prévoit de le commercialiser de série sur La série 1). Mais notre société BME est à ce jour la seule à permettre aux automobilistes de profiter de cette technologie ingénieuse et inexploitée.

Moteur à eau : fantasme ou réalité ?


Fruit de nombreuses années de recherche et de travaux, le dispositif ECO L’Eau a pour pièce maîtresse un réacteur (convecteur), de la taille d’une boîte d’allumette et composé d’un alliage permettant de jouer un rôle de catalyseur spécifique. En ionisant l’air humide obtenu par frottement, ECO L’Eau permet d’obtenir et d’injecter un mélange homogène de particules d’air humide ionisées aux particules de carburant pulvérisées. Cela permet de refroidir et de densifier l’air injecté, augmentant ainsi le couple du moteur et le rendant donc moins gourmand

!

Eco-Leau poursuit,

« Le gaz produit par Eco-Leau à partir d’air humide est bénéfique : la combustion est bien meilleure et la consommation en carburant est diminuée notablement puisqu’il n’y a plus « d’imbrûlés ». L’utilisation d’ECO L’Eau permet ainsi de réduire de de 20 à 25%* sa consommation de carburant et par conséquent d’agir pour l’environnement en diminuant l’émission de gaz polluants d’au moins autant que la consommation, voir plus… »

Pouvant être installé sur tous les véhicules à moteur thermique, sans aucune modification mécanique, ECO L’Eau permet en effet de réduire a minima de : –  le rejet de particules de Carbone imbrûlées (COvt) –  les émissions d’Oxyde d’Azote (NOx) – les émissions de Dioxyde de Carbone (CO2) et de Monoxyde de Carbone (CO)


ECO L’Eau une solution made in France, futée, simple et efficace pour réaliser des économies et agir en faveur de l’environnement !

Le Kit ECO L’Eau/ Hybride4All

  • un catalyseur miniaturisé plat contenant l’alliage, qui se monte de manière externe, sans soudure, avec un collier et sans branchement électrique suivant la catégorie du véhicule
  • un Injecteur/diffuseur à raccorder sur l’admission (perçage de la durite d’admission)
  • un bulleur/ Récipient contenant l eau
  • durite en silicone
  • des colliers de serrage
  • un filtre à air raccordé sur le bulleur et une durite plangeant dedans
  • une notice de montage

Pour en savoir plus

Site web : http://www.MOteur.Bzh

Contact presse

Moteur.Bzh

Mail : contact@eco-leau.com

Tél. 0890 21 90 90

surprise :

La scène se déroule a coté de la gare de LORIENT




Ils lui demandent alors de souffler dans le ballon, et là, surprise :

20/20 !

La scène se déroule sur le parking a coté de la gare de LORIENT:

Un gars sort du bar en titubant. Un véritable désastre !! Il lui faut 5 bonnes minutes pour retrouver sa voiture, 5 autres pour trouver la clé, non sans être tombé 2 ou 3 fois par terre.


Au bout du parking, des Gendarmes regardent la scène, médusés.

Il faut encore un bon moment pour que le gars réussisse à faire démarrer le moteur, qui s’éteint tout de suite après.

Pendant ce temps, ses amis sortent du bar, cognent à sa vitre et lui souhaitent bonne nuit.

Ça ne va pas bien pour lui, mais il chante quand même, affalé à sa portière, la fenêtre ouverte !…

Finalement, au bout d’une bonne demi-heure, il réussit à relancer le moteur, et il commence à rouler.

Immédiatement, les Gendarmes allument leur gyrophare, le bloquent avec leur fourgon, et le mettent immédiatement en état d’arrestation.

Ils lui demandent alors de souffler dans le ballon, et là, surprise :

ZÉRO ! Rien de rien… Pas une goutte d’alcool ! RIEN !!!


Alors ils sortent leurs tout nouveaux test de détection de stupéfiant…. et la re-surprise. RIEN Mais alors RIEN DU TOUT ! !

« Mais, pourquoi ça vous semblait si difficile de trouver vos clés, de monter dans la voiture et de démarrer alors ?? » Lui demandent les préposés de la Maréchaussée ? ?


« Ah ça… Et bien , C’est que.. Ce soir…, C’était mon tour de faire semblant, le temps que tous les autres puissent rentrer chez eux tranquillement !»