Une campagne d’affichage choc

Une campagne d’affichage choc en l’honneur des Gilets jaunes mutilés (PHOTOS)



LR: La haine qui se manifeste parfois malheureusement envers les journalistes des grandes chaînes françaises s’explique aussi qu’il faut aller su RT pour voir le sujet de violences policières traité.




https://francais.rt.com/ 

© Capture d’écran Twitter @libreactu_fr
Des affiches choc représentant les membres du gouvernement blessés et mutilés par la police lors de manifestations de Gilets jaunes sont apparues, notamment à Bordeaux.

Au moins 1 700 manifestants ont été blessés depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. Certains ont perdu un œil ou une main, sans bénéficier de mots de soutien de l’exécutif. Des affiches visant à alerter l’opinion sont apparues à Bordeaux.



Emmanuel Macron la bouche ensanglantée, Christophe Castaner et Marlène Schiappa éborgnés, ou encore Edouard Philippe le visage rouge de sang : des affiches choc sont apparues, collées par-dessus des panneaux publicitaires, notamment à Bordeaux. L’objectif ? Sensibiliser l’opinion publique aux blessures, parfois lourdes, subies par des Gilets jaunes lors des manifestations qui se succèdent depuis plusieurs semaines aux quatre coins de la France.




MOTEUR EAU

.

 

Le système a été doublement médaillé du concours Léonard de VINCI 2013 de La Fédération Française des Inventeurs [🇫🇷 &
Concours des meilleures inventions françaises 🇫🇷]

Rouler à l'eau pour économiser du Carburant

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l'injection de vapeur d'eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d'info sur HTTPS://HybrideAeau.fr

Publiée par Moteur Eau sur Jeudi 6 décembre 2018

Jamais préfets, mais ils en touchent la retraite

Scandale : Ils n’ont jamais été préfets, mais ils en touchent la retraite

POLITIQUE



 

Des dizaines de hauts fonctionnaires ont le titre de préfets alors qu’ils ne le sont pas. Un copinage politique qui leur permet notamment de toucher une retraite de préfet. Parmi eux, Michel Vauzelle et Michel Delebarre.

Parmi ces préfets fantômes, les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle (photo), 66 ans, et Michel Delebarre, 65 ans

Parmi ces préfets fantômes, les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle (photo), 66 ans, et Michel Delebarre, 65 ans SIPA

C’est un scandale français, comme il en existe dans tout l’hexagone, un de ces abus qui alimentent la rancœur des citoyens contre les politiques. Un de ces arrangements entre amis que l’on cache soigneusement au citoyen, mais qui coûte cher au contribuable. Certains de nos hommes politiques et certains hauts fonctionnaires ont été nommés préfets par nos présidents de la République successifs, ils bénéficient d’avantages liés à cette fonction… mais ils n’en ont jamais exercé la moindre fonction. Parmi ces préfets fantômes, figurent deux stars de la politique, les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle, 66 ans, et Michel Delebarre, 65 ans.


Tous deux indiquent, sur le site informatique de l’Assemblée nationale, la même profession : préfet. Pourtant, le premier est avocat de profession et le second cadre supérieur de collectivités locales. En fait, ces deux grands notables locaux du Parti socialiste qui n’ont jamais exercé les fonctions de préfet avaient été nommés à ce titre, de manière discrétionnaire, par le président François Mitterrand, en 1985 pour le premier et en 1983 pour le second.

Quel intérêt de nommer un préfet fantôme ? C’est un joli cadeau… financier, facile à comprendre. Le 28 avril 2011, Michel Delebarre a fait valoir ses droits à la retraite de préfet, à l’âge de 65 ans, tout comme l’avait fait le 15 août 2010 Michel Vauzelle. Cela permet à ces deux caciques du PS de toucher aujourd’hui une pension mensuelle de 4.000 € brut, qui vient s’ajouter à leurs indemnités de parlementaires et d’élus locaux : soit 15.124 € brut (Michel Delebarre) et 9.760 € brut (Michel Vauzelle). Sans compter pour chacun une indemnité (forfaitaire) représentative de frais de mandat de député de 6.000 € net. Et cela, en toute discrétion.

Retraites dorées



D’ici quelques années, lorsqu’ils décideront d’abandonner leurs mandats, ces deux parlementaires pourront cumuler la totalité de leurs retraites de préfet, de parlementaire et d’élu local ! Soit en tout, de l’ordre de 12.000 € mensuels brut pour le premier et 10.000 pour le second. Rappelons que, selon l’Insee, le montant moyen brut des pensions en France s’élevait, en 2009, à 1.196 € par mois… Des montants et des cumuls choquants pour bon nombre des Français.

En juin 2007, à une question de l’hebdomadaire L’Express lui demandant quel était son principal défaut, Michel Delebarre avait répondu : « Je veux tout. » Tout, il l’aura bientôt. En effet, le maire de Dunkerque, président de la communauté urbaine de cette ville et préfet à la retraite abandonnera en septembre prochain son mandat de député pour être tête de liste socialiste aux sénatoriales dans le département du Nord.

Le général de Gaulle, qui ne plaisantait pas avec les finances et la morale publiques, avait mis fin à cette folie des « préfets fantômes », une folie qui perdurait depuis la création de ce corps par Napoléon Ier, en 1800. Autre temps, autres mœurs : avec l’arrivée de François Mitterrand à l’Elysée, en 1981, ce système de copinage, souvent basé sur des relations maçonniques, renaissait de ses cendres. La nomination de préfets « en mission de service public relevant du gouvernement » était alors autorisée par un décret du 23 décembre 1982, à hauteur de 5 % de l’effectif budgétaire du corps des préfets. Aujourd’hui, ce quota de « faux préfets » autorisés représente 7 % des 236 préfets, soit 17 préfets fantômes. Au fil du temps, cela fait des dizaines de faux préfets, nommés de manière totalement discrétionnaire et sans exiger le moindre titre ou diplôme pour exercer ces fonctions.

6.000 € mensuels sans rien faire

 

Au bout de quelques mois, ces préfets bidons sont nommés préfets hors cadre. Une voie de garage « royale » (utilisée également pour écarter les préfets qui déplaisent), dont on ne revient jamais, mais qui permet aux intéressés de toucher aujourd’hui 6.000 € brut mensuels en attendant la retraite ou d’être élu sénateur, voire député.

Placé alors en détachement pour exercer son mandat, le préfet parlementaire (deux fonctions officiellement incompatibles selon la loi) ne reçoit plus de l’Etat qu’un tout petit salaire correspondant exactement au paiement de ses cotisations de retraite de préfet. Ce qui a été le cas de Michel Delebarre et de Michel Vauzelle pendant plus de vingt-cinq ans. De plus, en cas d’échec électoral, chacun d’entre eux pouvait coiffer sa casquette de préfet hors cadre et percevoir son salaire plein pot, sans être affecté en poste dans un département.

De 1982 à 1995, François Mitterrand a ainsi nommé près d’une soixantaine de préfets en mission de service public. Parmi eux, dix-sept étaient issus des corps de sous-préfets et administrateurs civils. Agés d’au moins soixante ans, ces vieux serviteurs de l’Etat partaient en retraite quelques mois après leur nomination, qui récompensait leurs loyaux services. Ce qui leur permettait de toucher une pension nettement supérieure à celle à laquelle ils avaient droit pour leur carrière de sous-préfet ou dans l’administration de l’Etat. La deuxième partie de ces préfets en mission de service public (une quarantaine) était en quasi-totalité des membres du PS, des élus de ce parti et des amis ou proches de l’ancien président. Parmi cette quarantaine de privilégiés, les élus ont le droit de cumuler aujourd’hui cette retraite de préfet en mission (4.000 € en moyenne) avec toutes leurs autres pensions liées à leurs mandats électoraux et des emplois privés.

Garantie tous risques pour les courtisans

Cette institution des préfets fantômes n’est en réalité qu’un des systèmes légaux de financement des deux grands partis politiques français, le PS et l’UMP. Depuis sa renaissance « mitterrandienne », le système a prospéré sous Jacques Chirac, y compris lorsque Lionel Jospin était Premier ministre. Ce cadeau présidentiel offre une sorte de garantie tous risques pour les courtisans, les poids lourds et les incontournables de ces deux formations. On recase toujours ses amis ! Voilà pourquoi, chaque mercredi, jour du Conseil des ministres, un « ami » ou un obligé du président de la République, depuis François Mitterrand, peut être nommé préfet « fantôme » chargé d’une « mission (bidon) de service publique relevant du gouvernement ».

Nicolas Sarkozy n’a pas mis fin au système. Son ancien ministre et fidèle conseiller, Brice Hortefeux, 53 ans, en bénéficie.



Découvrez Le système Hybride4All Qui permet de Faire des Economies sur tout les Moteurs Thermiques, quel qu’il soit: essence , diesel, GPL, Bio-éthanol.

 

Pollution de l’air, carburants, taxes, entretien, L’automobile coûte cher à l’environnement et aux Français. Conjuguez Economie & Ecologie…

Rouler à l'eau pour économiser du Carburant

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l'injection de vapeur d'eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d'info sur HTTPS://HybrideAeau.fr

Publiée par Moteur Eau sur Jeudi 6 décembre 2018

Moteur$.Bzh eco-leau.com : l’injection de vapeur d’eau, via ECO L’Eau, permet de ralentir l’usure prématurée des pièces moteur & apporte un plus au niveau confort de conduite : plus de couple, moins de sonorité moteur etc…
Le système a été doublement médaillé du concours Léonard de VINCI 2013 de La Fédération Française des Inventeurs [🇫🇷 &
Concours des meilleures inventions françaises 🇫🇷]
Des entreprises, à l’image du groupe SUEZ, SCREG & COLAS, Les Ebénistes ALLOT etc… ont déjà adopté le kit Hybride4All En savoir Plus

 

Faites tourner votre Moteur… à L’eau !/p>

Invraisemblable

Accusé de violences, un député devient membre d’une commission en lutte contre… des violences

M’jid El Guerrab, le 18 septembre 2017.

Le député M’jid El Guerrab (ex-macroniste) s’était illustré en 2017 pour des violences contre un parlementaire socialiste. Le voilà placé au sein de la commission d’enquête sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite.

Le député M’jid El Guerrab (ex-La République en marche, devenu membre du Mouvement radical), 34 ans, avait été mis en examen pour «violences volontaires avec arme» après avoir asséné deux coups de casque à son collègue socialiste Boris Faure, lors d’une discussion qui a dégénéré le 30 août 2017. Il vient malgré tout d’intégrer le 23 janvier «la commission d’enquête sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France».

A l’initiative de La France insoumise, cette commission entend combattre les violences des groupuscules d’extrême droite et pousser à ce que l’Etat prenne «la mesure des menaces de mort que ces groupes d’extrémistes profèrent». M’jid El Guerrab fera donc partie des 26 membres la composant. Surprenant ?

Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui pointent du doigt cette nomination.

La section du Rassemblement national de l’Ain a par exemple réagi avec virulence : «Vous souvenez-vous du député LREM M’jid El Guerrab, qui s’était comporté comme une racaille en frappant à coup de casque de scooter un responsable socialiste ? Et bien il a été nommé membre de la commission contre « les violences d’extrême droite ».»

Rassemblement National – Ain@Rass_National01

Vous souvenez-vous du député LREM M’jid El Guerrab, qui s’était comporté comme une racaille en frappant à coup de casque de scooter un responsable socialiste ? Et bien il a été nommé membre de la commission contre « les violences d’extrême droite »!!!!

24 personnes parlent à ce sujet




Un internaute s’est même adressé directement à la vice-présidente de la nouvelle commission, la députée macroniste Emilie Guerel : «Bonjour Emilie Guerel, comment justifier la présence du député M’jid El Guerrab dans une commission censée lutter contre la violence ?»



Olivier Frèrejacques@ofrerejacques

Bonjour @eguerelLREM comment justifier la présence du député M’jid El Guerrab dans une commission censée lutter contre la violence ?

222 personnes parlent à ce sujet

Faite sur les réseaux sociaux, l’annonce de la composition de cette commission y a suscité de vives réactions.

Clément Weill-Raynal@CWeillRaynal

Enchanté de découvrir parmi les membres de votre « commission d’enquête » le député M’jid El Guerrab mis e examen pour « violences avec arme » après avoir défoncé le crâne de son collègue Boris Faure. Des faits qui remontent à 2017.. A propos, où en est l’enquête?

Muriel Ressiguier

@MRessiguier

J’ai été désignée aujourd’hui présidente de la commission d’enquête LFI sur la lutte contre les groupuscules d’extrême-droite en France. Voici les membres de la commission.#FranceInsoumise

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
1 235 personnes parlent à ce sujet



Louis Riel@LouisRielFrance

Donc une énième « commission d’enquête » financée par l’argent public.
Et devinez qui est visiblement membre pour lutter contre « l’extrême droite » (il faudra d’ailleurs un jour définir cette expression) : M’Jid El Guerrab, le député qui en a agressé un autre à coups de casque… 😳

Muriel Ressiguier

@MRessiguier

J’ai été désignée aujourd’hui présidente de la commission d’enquête LFI sur la lutte contre les groupuscules d’extrême-droite en France. Voici les membres de la commission.#FranceInsoumise

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
341 personnes parlent à ce sujet

La participation de M’jid El Guerrab à la commission pose d’autant plus question que peu après sa mise en examen, il avait déjà été propulsé à la commission de la Défense de l’Assemblée, selon le journal officiel du 8 septembre 2017.

Source : RT France

On croyait la mesure enterrée

SURPRISE ! CONDUIRE SANS PERMIS NE COÛTERA PLUS QU’UNE SIMPLE AMENDE

Surprise ! Conduire sans permis ne coûtera plus qu'une simple amende
©REA Tous droits réservés

Les parlementaires ont validé la possibilité de payer une amende, plutôt que de passer devant le juge, pour les délits de conduite sans permis (hormis en cas d’invalidation due à un retrait de points) et sans assurance.


On croyait la mesure enterrée, il n’en était rien ! Les sanctions visant la conduite sans permis vont bien être modifiées, les contrevenants pouvant désormais s’en tirer avec une simple amende, contre une peine potentielle d’1 an de prison et 15.000 euros d’amende actuellement. Cette mesure a finalement été adoptée dans la version définitive du projet de loi sur la justice du XXIème siècle, validé mercredi soir par l’Assemblée. Elle n’attend plus que la parution d’un décret pour entrer en vigueur.




Et pourtant, le gouvernement avait annoncé, dans un premier temps, avoir renoncé à ce projet. La mesure, incluse dans la version initiale du projet de loi en juillet 2015, lorsque Christiane Taubira était encore ministre de la Justice, avait finalement été retirée quelques semaines plus tard face au tollé médiatique.

 

Mais les députés l’ont discrètement remise au goût du jour lors du débat parlementaire. Au final, les personnes sanctionnées pour conduite sans permis pourront donc opter pour une amende forfaitaire de 800 euros, pouvant être minorée à 640 euros si elle est réglée dans les 15 jours ou majorée à 1.600 euros si elle n’a pas été payée dans les 45 jours. Par ailleurs, le système est le même pour la conduite sans assurance, avec une amende forfaitaire de 400 à 1.000 euros, alors qu’ils encouraient jusqu’à présent, lors de leur passage au tribunal, une amende pouvant aller jusqu’à 3.750 euros (et pas de peine de prison).


Attention, cette procédure d’amende forfaitaire ne sera pas possible pour les récidivistes et les personnes mineures. Par ailleurs, selon les avocats que nous avons contactés, cela ne concerne que les personnes n’ayant jamais passé leur permis. « L’article ne modifie pas l’article 223-5 du code de la route, qui précise que les personnes conduisant après un retrait de tous leurs points sont passibles de 2 ans de prison et 4.500 euros d’amende », note Jehanne Collard, avocate au barreau de Marseille spécialiste de la défense des victimes de la route.

Lire à ce sujet : Auto-école sociale: un permis de conduire à 250 euros

La logique de cette mesure ? Rendre plus simple et plus rapide la procédure, en faisant gagner du temps à la fois aux forces de police et à la justice, tout en s’assurant d’une amende plus lourde pour les contrevenants. En effet, en moyenne, le montant des amendes infligées en 2013 allait de 289 à 469 euros (selon la procédure engagée) et le délai de traitement des dossiers s’étalait de 4,1 à 9,9 mois pour la conduite sans permis. Il allait de 203 à 358 euros, avec un délai de 4,9 à 14,2 mois, pour la conduite sans assurance, selon des chiffres détaillés dans l’étude d’impact du projet de loi.


Reste que cette réforme ne plaît pas à tout le monde. « Le passage obligé devant le tribunal, et le risque d’aller en prison, avait un impact fort sur le plan psychologique. Par exemple, cela pouvait inciter certains à passer leur permis en attendant l’audience, afin d’obtenir la clémence du juge », explique Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes. Comme quoi, la simplification administrative n’a pas que des vertus…

Thomas Le Bars

> Vidéo. La voiture autonome, elle voit tout avec ses radars :

N’attendez plus, faites comme plus de 5000 de Nos Clients, Adoptez Un MOTEUR Eco-L’EAU

.

 

Le système a été doublement médaillé du concours Léonard de VINCI 2013 de La Fédération Française des Inventeurs [🇫🇷 &
Concours des meilleures inventions françaises 🇫🇷]

Rouler à l'eau pour économiser du Carburant

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l'injection de vapeur d'eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d'info sur HTTPS://HybrideAeau.fr

Publiée par Moteur Eau sur Jeudi 6 décembre 2018

Des « radars-poubelles » sur les routes françaises

Des « radars-poubelles » bientôt sur les routes françaises ?


TOUTE L’INFO SUR

LA CHRONIQUE AUTO

SÉCURITÉ ROUTIÈRE – Depuis mai dernier, la police belge a installé une quinzaine de radars dissimulés dans des poubelles pour mieux détecter les excès de vitesse. L’engin pourrait débarquer en France prochainement.

En Belgique, pour réduire les excès de vitesse sur les route, les autorités locales savent faire preuve de créativité. A Comines-Warneton, commune de 18.000 habitants située à la frontière franco-belge, les policiers ont investi dans des « radars-poubelles » pour calmer les automobilistes un peu trop pressés.

Selon Marie Vandenbroucke, la directrice administrative de la police de Comines-Warneton, l’initiative vient d’une demande des habitants et de la police locale, fatigués des excès de vitesse sur la RN58, l’une des routes les plus accidentogènes de la frontière franco-belge.




Excès de vitesse : les voitures-radars bientôt conduites par des salariés du privé


Bientôt sur les routes françaises

Le NK7, radar ultra-moderne fabriqué par la société australienne Redflex, peut-être installé sur trépied ou dissimulé dans le mobilier urbain pour mieux détecter les excès de vitesse. Autre atout de la machine, elle est capable d’enregistrer dans les deux sens de circulation jusqu’à six excès de vitesse en même temps.


L’engin, qui utilise la technologie infrarouge, n’émet pas de flash (et n’avertit donc pas les automobilistes au moment de l’infraction). La Voix du Nord affirme que le précieux outil avait relevé fin juin plus de 280 excès de vitesse par jour dans la région de Liège.

Selon Securoad, le distributeur belge du mouchard dernier cri, le radar serait en cours d’homologation en France au Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE). La Voix du Nord affirme même que le LNE est « en contact avec la société constructrice Redflex », un appel d’offres devrait donc être lancé dans les prochains mois si le radar est validé par les autorités françaises.

MOTEUR EAU

.

 

Le système a été doublement médaillé du concours Léonard de VINCI 2013 de La Fédération Française des Inventeurs [🇫🇷 &
Concours des meilleures inventions françaises 🇫🇷]

Rouler à l'eau pour économiser du Carburant

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l'injection de vapeur d'eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d'info sur HTTPS://HybrideAeau.fr

Publiée par Moteur Eau sur Jeudi 6 décembre 2018