faire rouler les voitures au whisky

Cette start-up veut remplacer le carburant par du whisky

L’entreprise écossaise Celtic Renewables a mis au point un système de fermentation permettant de produire du Biobutanol, un biocarburant issu des résidus de la production du whisky. Pour ce faire, elle a utilisé des grains d’orge riches en sucre (draffe), utilisés dans la fermentation pour produire le whisky, et du liquide de levure issu de la fermentation (pot-ale). Le Biobutanol développé offre 25 % plus d’énergie en plus dans un litre, comparativement aux biocarburants classiques. L’entreprise est parvenue à faire rouler une Ford Fiesta avec le Biobutanol, et ce, sans apporter aucune modification au moteur de la voiture.

Source
BFM TV
Langue
Français

Carburant: Cette startup veut faire rouler les voitures au whisky

AUTOMOBILE Les matières premières utilisées dans la fermentation du whisky peuvent produire un biocarburant particulièrement efficace…

20 Minutes avec agence

  • Une startup a fait rouler une Ford Fiesta avec les résidus de la production du whisky (illustration)
Une startup a fait rouler une Ford Fiesta avec les résidus de la production du whisky (illustration) — AMER HILABI AFP

Celtic Renewables, une start-up basée en Écosse, a une solution pour se passer des carburants fossiles.

La société spécialisée dans les biocarburants a fait rouler début juillet une voiture au Biobutanol, un carburant issu de résidus de la production du whisky, a rapporté lundi BFM.


Une Ford Fiesta pour tester ce nouveau carburant

Ce biocarburant durable « est produit à partir du « draff », les grains d’orge riches en sucre utilisés dans la fermentation pour produire le whisky, et du « pot-ale », le liquide de levure issu de la fermentation », indique la startup sur son site.

>> A lire aussi : Strasbourg: Les bateaux de Batorama sont tous passés au GTL, un carburant alternatif

Fondée en 2011 après quelques années de recherches, Celtic Renewables est parvenue à obtenir un carburant transparent qui peut remplacer directement l’essence ou le gazole.

Pour réaliser son expérience, l’équipe a rempli le réservoir d’une Ford Fiesta avec son biocarburant.

Plus efficace que les autres biocarburants


« C’est la première fois dans l’histoire qu’une voiture roule avec un biocarburant issu des résidus de la production du whisky », a expliqué Martin Tangney, chimiste et fondateur de Celtic Renewables.

En plus d’éviter de consommer un carburant issu du pétrole, le Biobutanol a l’avantage de fournir 25 % d’énergie en plus dans un litre que d’autres biocarburants. Un plein de Biobutanol permettrait donc de rouler plus longtemps.

Commercialisation espérée en 2019


Avec 750.000 tonnes de draff et 2 milliards de litres de pot-ale produits chaque année par l’industrie écossaise du whisky, les capacités de production sont particulièrement importantes, relève BFM.


Celtic Renewables peut espérer produire son biocarburant dans tous les pays distillant du whisky, au Royaume-Uni mais aussi au Japon. La start-up envisage de le commercialiser à partir de 2019

>> A lire aussi : 

Ce Breton roule à l’eau de pluie

Vider une carafe dans le réservoir vous enverra direct au garage. Par contre, ajouter ce kit injectant de l’eau de pluie pourrait réduire la consommation et la pollution de votre voiture. Soudain, on regarde les nuages autrement…

 

Rain man. En général dans les titres de la presse, la Bretagne est plus souvent accolée à des problèmes de boisson que des solutions aqueuses. Pourtant, voilà deux fois que le journaliste du Télégramme rencontre Marc Renaudin, un Breton qui a installé le kit Eco-l’eau (ça ne s’invente pas) sur sa voiture, pour vérifier que tout va bien. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le sexagénaire propriétaire d’une routière de 138CV est ravi des économies :

depuis qu’il a installé cet injecteur d’eau, il y a presque trois ans, il gagne 300 km à chaque plein.

Avant le kit, il parcourait 800 kilomètres en sortant d’une station contre 1200 aujourd’hui. Pas besoin de calculatrice : le kit, vendu 480 €, est largement remboursé.

25% d’essence économisée. Et c’est parfaitement légal, confirme la PME Moteur.Bzh  qui fabrique ce kit et développe le système depuis 2012. « Il s’agit en fait d’apporter de l’eau sous forme pulvérisée pour améliorer le rendement du moteur », résumait-il au Figaro. Enfilez votre bleu de chauffe, voici les explications : un collecteur fixé au collecteur d’échappement est relié au réservoir d’une capacité d’un litre (eau de pluie ou déminéralisée), tandis que le diffuseur est relié à la prise d’air. Ainsi, l’air humidifié est aspiré par le réacteur avant son injection dans le moteur. La combustion reçoit plus d’oxygène, améliorant le débit de carburant injecté. En bout de ligne, le contrôle technique confirme qu’il pollue moins et chaque arrêt à la pompe confirme qu’il consomme 25% en moins.25% d’essence économisée.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 1 =