Fin de L’humanité

Risque que le supervolcan de Yellowstone entre en éruption<


/a>

401 604 lectures / 98 commentaires02 février 2011, 17:47 / mis à jour le 28 août 2018, 18:54

yellowstone-eau-chaude.jpg
Source d’eau chaude au Yellowstone National Park, Wyoming – USA
© ewik – Licence : Tous droits réservés

Le supervolcan du Yellowstone National Park, capable d’engendrer un cataclysme, est loin d’être paisible : il tremble et se déforme, causant une modification de la topologie du terrain de manière spectaculaire. S’agit-il de signes précurseurs d’une éruption catastrophique ou d’un simple « ronflement » cyclique ?

Le point chaud de Yellowstone a produit plusieurs groupes de cratères volcaniques imbriqués, appelés caldeiras, au cours des 16 derniers millions d’années. Et, au cours des deux derniers millions d’années, trois éruptions majeures se sont produites :

  1. La première, dénommée Heise, a eu lieu il y a 2,1 millions d’années : l’éruption a émis 2 500 km3 de matériaux et de cendres volcaniques. Une quantité telle que la chambre magmatique s’est effondrée créant une dépression, la caldeira avec des dimensions impressionnantes : 80 km de long, 65 km de large et des centaines de mètres de profondeur.
  2. La deuxième éruption, Picabo, s’est produite il y a 1,3 millions d’années ;
  3. et la troisième il y a 631 000 ans. C’est cette dernière qui a formée la caldeira actuelle de Yellowstone qui s’étend sur 40 à 60 km[1].

Depuis, environ 30 petites éruptions, y compris une datée d’il y a seulement 70 000 ans, ont rempli la caldeira de lave et de cendres, et ont construit le paysage relativement plat que nous connaissons aujourd’hui.

Yellowstone : le plus grand réservoir de magma au monde

Le volcan du Yellowstone se caractérise par une imposante chambre magmatique souterraine dont les évaluations ne cessent d’en augmenter la taille. D’après les premières estimations, elle faisait faire plus de 70 kilomètres de large pour une hauteur de plus de 10 kilomètres.

Toutefois, selon une étude rendue publique fin octobre 2013, les dimensions de la gigantesque chambre magmatique pourraient avoir été sous-estimées. En effet, Robert Smith de l’université de l’Utah a indiqué que la chambre magmatique résidant sous le parc de Yellowstone mesurerait 90 km de long pour 20 km de large. Par ailleurs, elle se situerait entre 2 km et 15 km de profondeur sous la caldeira, selon les endroits.


Une nouvelle étude publiée en avril 2015 par des chercheurs de l’Université de l’Utah révèle la présence d’une autre réservoir colossal sous cette première chambre. Constitué d’eau chaude et de roche partiellement en fusion, ce réservoir 4,4 fois plus volumineux que la chambre magmatique serait situé entre 19 et 45 km sous la surface. Sa capacité est telle qu’elle pourrait combler 11,2 fois le Grand Canyon, contre 2,5 fois pour la première chambre magmatique, estime le chercheur Jamie Farrell, co-auteur de l’étude publiée dans la revue Science. Cela en fait, jusqu’à preuve du contraire, la plus grande chambre magmatique connue sur Terre.




« Pour la première fois, nous avons imagé le système de plomberie volcanique continue sous Yellowstone« , explique le premier auteur Hsin-Hua Huang, également chercheur en géologie et géophysique. « Cela inclut la chambre magmatique supérieure que nous avons vu précédemment, plus un réservoir de magma dans la croûte inférieure qui n’avait jamais été représenté avant et qui relie la chambre supérieure au point chaud de Yellowstone.« 

Cependant, contrairement à une idée reçue, la chambre magmatique et le réservoir de magma ne sont pas remplis de lave en fusion. Il s’agit davantage de roche chaude, principalement solide et spongieuse, avec des poches de roche en fusion qui représenteraient respectivement 9 % et 2 % du volume des chambres supérieures et inférieures.

Cette nouvelle représentation du système volcanique de Yellowstone n’augmente pas le risque proche d’une éruption : « Le danger réel reste le même, mais maintenant nous avons une bien meilleure compréhension du système magmatique complet, » explique le co-auteur Robert Bob Smith, un expert de longue date dans le volcanisme de Yellowstone de l’Université d’Utah, professeur émérite en géologie et en géophysique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 5 =