HybrideàEau

l’Ademe invite à limiter leur usage

l’Ademe invite à limiter leur usage

l’Ademe invite à limiter leur usage

Véhicules électriques : l’Ademe invite à limiter leur usage à des distances limitées, « type trajet domicile-travail, par exemple »


Alors que le salon de l’Automobile ouvre ses portes au public, Maxime Pasquier, chef adjoint au service transports et mobilités à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, revient sur le bilan environnemental des technologies des véhicules électriques.

Une voiture électrique en cours de recharge, à Aix-la-Chapelle, en Allemagne.
Une voiture électrique en cours de recharge, à Aix-la-Chapelle, en Allemagne. (YANN SCHREIBER / AFP)

« Le véhicule électrique a les impacts environnementaux les plus importants à la fabrication », a expliqué sur franceinfo jeudi 4 octobre Maxime Pasquier, chef adjoint au service transports et mobilités à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), alors que le salon de l’Automobile ouvre ses portes au public. Cela s’explique notamment par « l’extraction des matières actives de la batterie, qui génère des impacts environnementaux ». L’Ademe préconise donc d’utiliser un véhicule électrique en remplacement d’un véhicule thermique en usage intensif mais pas pour des longues distances.

 

Que révèle cette analyse pour les véhicules électriques ?


On constate que le véhicule thermique a les impacts les plus importants à l’usage, notamment en raison des émissions de polluants à l’échappement. En revanche, le véhicule électrique a les impacts environnementaux les plus importants à la fabrication, notamment en raison de la fabrication des batteries. Dans le détail, c’est l’extraction des matières actives de la batterie qui génère des impacts environnementaux. Il y a d’ailleurs différentes technologies de batteries (…) et il y a donc une grande variation des impacts environnementaux de ces batteries. Ça nous amène à deux constats : le premier, c’est que, quitte à être fabriqué, un véhicule électrique doit se substituer à un véhicule thermique en usage intensif. Deuxièmement, plus la batterie est grosse, plus son impact environnemental va être important. On est donc dans un paradoxe, avec un véhicule électrique qui doit se substituer au véhicule thermique sur des usages intensifs mais pas sur des grandes distances parce qu’on doit maîtriser la taille de la batterie. Il faut donc des recharges quotidiennes et des usages du type trajet domicile-travail, par exemple.

 
Faites tourner votre Moteur… à L’eau ! Pollution de l’air, carburants, taxes, entretien, L’automobile coûte cher à l’environnement et aux Français. Conjuguez Economie & Ecologie…Moteur$.Bzh eco-leau.com : l’injection de vapeur d’eau, via ECO L’Eau, permet de ralentir l’usure prématurée des pièces moteur & apporte un plus au niveau confort de conduite : plus de couple, moins de sonorité moteur etc… Le système a été double médaillé du concours Léonard de VINCI de La Fédération Française des Inventeurs [🇫🇷
Concours des meilleures inventions françaises 🇫🇷]  Voir Les témoignages ICI

Moteur Eau

#Hybrid4All : Une technologie « Unique » de récupération de la chaleur à l’échappement qui réduit la #consommation de #Pétrôle et la #Pollution… A Installer soi même où par l’intermédiaire de son garagiste grâce à la notice de Montage  RIEN DE PLUS SIMPLE, on le branche sur l’admission d’air, et hop, on économise avec Moteur Eau Hybrid4All.com

HYBRIDFORALL.FR
Pour le moment, il faut réinjecter de l’eau de pluie ou de l’eau déminéralisée tous les 1000 kilomètres mais la technique est déjà fonctionnelle et très prometteuse. Alors qu’est ce qu’on attend ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 28 =