le résultat de cette COP25 est totalement inacceptable

La COP25 s’achève sur des avancées quasi insignifiantes dans la lutte contre le changement climatique

La conférence s’est terminée, avec quarante-deux heures de retard, par la signature d’un accord minimal avec des pays plus divisés que jamais sur des sujets clés.

Par Audrey Garric  Publié hier à 13h00, mis à jour à 13h04

Les membres de la COP25 discutent avant la clôture de la conférence, le 15 décembre à Madrid.
Les membres de la COP25 discutent avant la clôture de la conférence, le 15 décembre à Madrid. BERNAT ARMANGUE / AP

Elle aura été maudite jusqu’au bout. Refusée par le Brésil, annulée par le Chili, la 25e conférence des Nations unies sur le climat (COP25), finalement hébergée à Madrid, s’est achevée, dimanche 15 décembre, sur des avancées quasi insignifiantes. Elle s’est terminée sur un coup de marteau donné avec quarante-deux heures de retard, du jamais-vu dans l’histoire des négociations climatiques – les négociateurs, épuisés, adoptant des décisions qu’ils avaient, pour certains, à peine lues.

La séance de clôture a été repoussée une quinzaine de fois par des Etats plus divisés que jamais sur différents sujets clés, en apparence techniques mais ayant des conséquences politiques. Une incapacité à avancer, et à entrer dans le concret, en décalage avec l’appel constant des jeunes, des scientifiques, mais aussi des gouvernements eux-mêmes – dans leurs discours – à agir face à l’urgence climatique.

« La communauté internationale a perdu une occasion importante de faire preuve d’une ambition plus grande », a déploré le secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, ajoutant : « Nous ne devons pas abandonner. »

Lors de la dernière session plénière de la COP25, dimanche 15 décembre à Madrid.
Lors de la dernière session plénière de la COP25, dimanche 15 décembre à Madrid. NACHO DOCE / REUTERS

« Le moins mauvais résultat possible »

« Cette COP25 s’achève sur un résultat mitigé, bien en deçà du niveau d’ambition auquel la science nous appelle. Grâce à une alliance progressiste de petits Etats insulaires et de pays européens, africains et latino-américains, nous avons arraché le moins mauvais résultat possible, contre la volonté des grands pollueurs », juge de son côté Laurence Tubiana, l’architecte de l’accord de Paris sur le climat.

Un relatif soulagement qui n’était pas partagé par les organisations non gouvernementales (ONG). « Les gouvernements doivent repenser complètement la manière dont ils s’y prennent, car le résultat de cette COP, marquée par un délit de fuite des puissantes économies du carbone, est totalement inacceptable », a dénoncé Jennifer Morgan, la directrice exécutive de Greenpeace. « L’esprit positif qui a donné naissance à l’accord de Paris semble être un lointain souvenir aujourd’hui », a regretté Helen Mountford, vice-présidente du think tank américain World Resources Institute.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Climat : « Il y a peu d’avancées au vu de la gravité de la situation »

La COP25, dont le slogan était « Time for action » (« Le temps de l’action »), se voulait la « rampe de lancement » d’une accélération de la lutte contre le dérèglement climatique, alors que les inondations, les ouragans et les incendies se multiplient partout dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 + 20 =