Présence des lobbies dans les cercles du pouvoir

« Qui a le pouvoir, qui gouverne? », Hulot dénonce l’influence des « lobbies dans les cercles du pouvoir »

Paris Match ||Mis à jour le 

La Rédaction, avec AFP
Nicolas Hulot a dénoncé mardi la "présence des lobbies dans les cercles du pouvoir".
Nicolas Hulot a dénoncé mardi la « présence des lobbies dans les cercles du pouvoir ».JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Nicolas Hulot a dénoncé mardi la « présence des lobbies dans les cercles du pouvoir »


Lors l’annonce surprise de son départ du gouvernement, mardi matin sur France Inter, Nicolas Hulot a donné quelques bribes d’explications sur sa décision. Il a notamment dénoncé la « présence des lobbies dans les cercles du pouvoir », illustrée par celle de Thierry Coste, conseiller politique des chasseurs lors d’une réunion importante lundi à l’Elysée.


Voir aussi : Le cadeau de Macron aux chasseurs

Emmanuel Macron y a organisé une deuxième réunion de haut niveau sur la chasse en six mois, avec le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) Willy Schraen, Nicolas Hulot et son secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu qui pilote la réforme. Mais était présent également Thierry Coste, conseiller politique de la FNC, « à qui j’ai dit frontalement qu’il n’avait rien à faire là », a déclaré Nicolas Hulot sur France Inter. « Ça va paraitre anecdotique mais pour moi c’était symptomatique et c’est probablement un élément qui a achevé de me convaincre que ça ne fonctionne pas comme ça devrait fonctionner », a-t-il ajouté. « C’est symptomatique de la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir. Il faut à un moment ou un autre poser ce problème sur la table parce que c’est un problème de démocratie: qui a le pouvoir, qui gouverne? ».


Sur France inter, l’éditorialiste politique Thomas Legrand a raconté sur LCI que Nicolas Hulot lui a expliqué que quand il a demandé pourquoi le lobbyiste Thierry Coste était à l’Elysée lundi, le chef de l’Etat lui a répondu qu’il ne comprenait pas comment il était rentré.

« C’est une accumulation de déceptions et mais c’est surtout parce que je n’y crois plus »


Il a toutefois assuré que sa décision de démissionner n’avait pas été provoquée par cette réunion sur une réforme qui « peut être importante pour les chasseurs, mais surtout pour la biodiversité ». « Mais ne pensons pas que ma décision vient simplement d’une divergence sur la réforme de la chasse, c’est une accumulation de déceptions et mais c’est surtout parce que je n’y crois plus », a-t-il déclaré.


Les chasseurs ont notamment obtenu du président Macron, qui a plusieurs fois exprimé son soutien à la pratique de la chasse, une baisse du permis national de chasse de 400 à 200 euros, qu’ils réclamaient depuis longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 10 =