Remplacer le glyphosate par de l’eau chaude…

Remplacer le glyphosate par de l’eau chaude… L’invention révolutionnaire d’un breton !




Avec l’interdiction progressive des désherbants chimiques, voilà l’occasion d’effectuer une véritable transition écologique qui plus est, de faire preuve d’imagination et de créativité tout en respectant l’environnement…


 

Les géants de l’industrie des produits phytosanitaires ont certainement encore de beaux jours devant eux : l’agriculture productiviste peine en effet à se défaire des liens étroits –et non moins mortifères- qui la lie au glyphosate et à nombre d’autres biocides ! Pour autant, çà et là, de petites lueurs d’espoir se font jour et démontrent qu’une autre agriculture est tout à fait envisageable !


Jean-Pierre Barre, ancien vendeur de produits chimiques, en précurseur éclairé, a probablement senti le « vent tourner » ! Dès le début des années 2000, ce professionnel a travaillé tout en anticipant une fin plus ou moins rapide de l’ère du « tout chimique »… Saisissant cette opportunité, l’ex VRP s’est mué en inventeur de génie en planchant sur une machine capable d’optimiser un procédé fort simple pour désherber tel que le faisaient les anciens en ayant recours à l’utilisation d’eau chaude ! 


« Son idée ? Récupérer de l’eau de pluie, la porter à une température de 120° et la pulvériser par gouttelettes à basse pression sur les herbes invasives. Au départ, bien entendu, personne n’a cru à son projet. Ni les banques, ni les géants mondiaux de la chimie » raconte Axel Leclerc sur le site Positivr !

Pour autant, Jean-Pierre Barre s’entête et, en 2007, vend sa première machine quelque peu révolutionnaire ! Depuis, le rythme de production ne cesse de croître à tel point qu’actuellement la Société Oéliatec -créée par l’inventeur en question- en fabrique une par jour : l’entreprise emploie en effet une trentaine de personnes ! Ces machines sont, pour le moment, vendues aux collectivités et aux paysagistes de toute l’Europe… Mais, avec l’interdiction progressive du glyphosate, Oéliatec s’apprête également à se positionner sur le marché agricole !

Voilà donc une excellente nouvelle pour l’environnement -et pas forcément pour les utilisateurs de produits chimiques- qui, espérons-le, révolutionnera durablement les techniques agricoles en créant par-dessus le marché, des emplois…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 − 3 =