un monstre de pollution ?

Antoine de Saint-Exupéry : le plus gros porte-conteneurs français est-il vraiment un monstre de pollution ?

Le CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry
© CMA CGM – Licence : Tous droits réservés


Avec l’essor de la mondialisation, les échanges internationaux de marchandises s’effectuent principalement via des porte-conteneurs, des bateaux de transport colossaux qui sillonnent les océans et mers du globe pour approvisionner le monde entier. C’est ainsi que le groupe CMA CGM vient d’inaugurer le plus gros porte-conteneurs au monde battant pavillon français. Si le transport maritime est encore le moins polluant, les grands médias l’ont accusé d’être un pollueur considérable. Info ou intox ?


Jeudi 6 septembre, le plus gros porte-conteneurs au monde battant pavillon français, le « CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry » a été inauguré au Havre. Ce premier navire d’une série de trois fait partie des 10 plus gros bateaux du monde et pour cause, ces caractéristiques sont impressionnantes :

  • longueur : 398 mètres , c’est plus que 4 terrains de football ;
  • largeur : 59 mètres ;
  • une poussée équivalente à celle de 10,5 réacteurs d’Airbus (3 000 KNewton) ;
  • il peut contenir 20 600 conteneurs, qui alignés, forment une chaîne de 123 kilomètres.

détaille le constructeur français CMA CGM.Ce porte-conteneurs est un véritable rouage de la mondialisation puisque 90 % des échanges de marchandises transitent maintenant au moins une fois par la mer que ce soit les biens fabriqués en Asie (dont en Chine) ou les produits alimentaires importés (fruits exotiques) et exportés (céréales, viande…).

Le « CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry » renforcera la plus longue route maritime du monde qui relie l’Asie à l’Europe du Nord : la French Asia Line 1.
Il effectue sa boucle en 84 jours : en partance de France, il exportera vers l’Asie (et principalement la Chine) des produits français (parfum, bateaux, rames de métro, vin, viande de porc…) ; puis il se chargera en biens de consommations manufacturés asiatiques à destination du marché européen.

Symbole de la mondialisation, le « CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry » n’a pas été construit en France mais sur le chantier philippin Hanjin Heavy Industries & Construction Philippines de Subic Bayaux.

Le « CMA CGM Antoine de Saint-Exupéry », une pollution effarante ?

Avec de telles dimensions, l’énergie nécessaire pour mettre en mouvement ce navire est considérable. Si le groupe CMA CGM souligne que son nouveau mastodonte bénéficie des meilleures technologies disponibles pour diminuer sa pollution, les grands médias ont avancé des chiffres ahurissants sur ses émissions de CO2. « Le Saint-Exupéry carbure au fuel lourd et émettrait autant de CO2 que 55 millions de voitures, » ont déclaré France 2, Sud-Ouest et d’autres médias qui ont diffusé ce chiffre insensé : une fake news de plus pour les grands médias

Saint-Exupéry : le monstre des mers qui émet autant de CO2 que 55 millions de voitures !

 


Ce mastodonte des mers est une hérésie aussi bien technologique qu’économique qui démontre à quel point la société moderne est animée d’une volonté suicidaire stupéfiante. Vouloir à ce point polluer l’atmosphère et les mers en rejetant des  déchets équivalant à ceux de 55 millions de voitures relève de la psychiatrie. Au niveau économique c’est bien pire puisqu’il est question de vendre la camelote chinoise en Occident et donc condamner les peuples européens au chômage, après bien sûr avoir délocalisé toute leur industrie et leur savoir-faire ! Bref, nous assistons à un véritable suicide aussi bien sanitaire qu’économique et nos élites applaudissent des deux mains ce qu’elles considèrent comme une prouesse ! Il va sans dire que nous subissons les derniers outrages de la modernité à travers le règne de la quantité tel qu’annoncé dès 1945 par le grand penseur français  René Guénon dans son ouvrage mémorable Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps. 


Jeudi 6 septembre, le « Saint-Exupéry », le plus gros porte-conteneurs français a été inauguré.

Un navire que Nicolas Hulot avait pointé du doigt le jour de sa démission.


Dans le port du Havre (Haute-Normandie), le Saint-Exupéry fait figure de monstre des mers avec ses dimensions qui battent tous les records du monde. Il fait 400 m de long soit quatre terrains de foot, et a une capacité de plus de 20 000 conteneurs, soit 123 km mis bout à bout (la distance entre Paris et Orléans). Ce bateau doit transporter des tonnes de marchandises alimentaires, mais aussi des bateaux et des métros jusqu’en Asie. À côté de ce géant, un Airbus a l’air d’une miniature. La salle des machines est aussi grande que Notre-Dame-de-Paris et le moteur diesel aussi haut qu’un immeuble de cinq étages.

Autant de C02 que 55 millions de voitures

Derrière la prouesse technologique, le bateau est aussi un pollueur des mers.


Une situation dénoncée par Nicolas Hulot le jour de sa démission. « C’est une superbe performance technologique, mais est-ce bon pour la planète ? La réponse est non », a-t-il déclaré au micro de France Inter. Le Saint-Exupéry carbure au fuel lourd et émettrait autant de CO2 que 55 millions de voitures.


avatarFrance 2

France Télévisions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 + 4 =