C’est confirmé pour la conspiration des « chemtrails »

De quoi sont composés les chemtrails ?

Crédits : Wikimedia Commons / Adrian Pingstone Arpingstone

Beaucoup pensent que les contrails (ce que les complotistes nomment chemtrails) sont en réalité des nuages ​​de produits chimiques utilisés par les gouvernements pour contrôler les populations. Mais que sont en réalité les chemtrails ? Sont-ils aussi néfastes pour la santé que prétendus ?


Les chemtrails (traînées chimiques) sont les traînées blanches que vous voyez derrière un avion. Les théoriciens du complot pensent que les fumées d’un avion devraient normalement se dissiper rapidement. Or ce n’est pas le cas : ces traînées seraient ainsi en réalité des nuages ​​de produits chimiques disséminés par les gouvernements dans le but de faciliter le contrôle des populations. S’interrogeant sur ces affirmations partagées en masse sur Internet, un groupe de 77 experts en science atmosphérique publiait il y a quelques mois un rapport dans la revue Environmental Research Letters, examinant de près la composition de ces traînées.




Parmi ces 77 scientifiques, 76 (98,7 %) ont déclaré n’avoir trouvé aucune preuve d’un “programme atmosphérique à grande échelle”, rapportant au lieu de ça que “les données citées comme preuves [pour un tel programme] pourraient être expliquées par d’autres facteurs, y compris la physique et la chimie bien connues associées aux aéronefs”. En d’autres termes, ces traînées seraient tout à fait normales.


Qu’en est-il alors de ces traînées ? Il s’agit en fait de nuages ​​de condensation. Tout simplement, de la vapeur d’eau se condense en effet lorsque les gaz d’échappement (hydrocarbures) sont expulsés par les avions. Une partie de l’hydrogène expulsée se combine avec l’oxygène ambiant pour former des molécules d’H2O (de l’eau). Il se passe un peu la même chose lorsque vous démarrez le moteur de votre voiture ou respirez par temps très froid.


Pour repérer les chemtrails, rien de plus facile : les traînées blanches se dissiperaient beaucoup plus lentement que les traînées de vapeur classiques libérées par les avions.

Pour les chercheurs interrogés dans l’étude, cependant, l’explication réside dans deux facteurs beaucoup plus logiques : l’augmentation du trafic aérien, qui multiplie de facto le nombre de traces blanches dans le ciel, et le réchauffement climatique, qui pourrait jouer dans la persistance accrue de ces phénomènes. Mais aussi solide que soit la méthode de l’étude, ses auteurs ne se font pas d’illusions : elle ne convaincra pas les partisans de la conspiration.

« Je trouve qu’il était important de donner une bonne fois pour toutes l’avis des experts en contrails et aérosols, a déclaré Ken Caldeira, coauteur de l’étude, à Science DailyOn n’arrivera peut-être pas à convaincre les plus fervents adeptes que leur programme d’épandage adoré n’est qu’un fantasme paranoïaque, mais avec de la chance, leurs amis accepteront les faits. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 − 10 =