Cette expérience est une Catastrophe…

VOITURES ELECTRIQUES

2h30 de charge et 23 euros pour faire 300 km !!!

Le très pro-électrique magazine Automobile Propre vient de réaliser un test grandeur nature du Kia e-Niro 64 kWh sur un trajet Paris Lille (220km) et en dresse le bilan …


Au delà des conditions du voyage que nous vous laissons découvrir à la lecture de l’article d’Automobile Propre, faisons un focus sur l’autonomie et les aléas rencontrés pour recharger le Kia….


Nos braves essayeurs sont partis de Paris avec un véhicule chargé à bloc et affichant une autonomie prévisionnelle de 477 km, permettant donc (théoriquement) de faire l’aller-retour. Ils rejoignent Lille à une vitesse moyenne de 96 km/h pour constater que vitesse et chauffage ont drastiquement réduit l’autonomie et qu’il ne reste que 90 km d’autonomie.


Il faut donc « faire le plein » pour pouvoir rentrer. Ils décident de repartir en direction de Paris afin de charger sur l’aire de Saint-Léger, à 57 km au sud de Lille, cette aire étant équipée d’une borne rapide Corri-Door censée délivrer jusqu’à 50 kW en courant continu. Arrivés sur place, il leur reste seulement 5% de batterie pour 15 km d’autonomie restante affichée. Mais la charge plafonne à 40 kW, elle va s’interrompre soudainement après avoir fourni seulement 1,9 kWh à la batterie de la Kia…

Une seconde session de charge leur permet de récupérer 1,7 kWh de plus. Les appels auprès du gestionnaire de la borne ne parviennent pas à résoudre le problème.


Après 4 sessions et seulement 7,3 kWh récupérés en plus d’une heure de manipulations, ils repartent pour terminer la charge sur une autre station.


Ils doivent parcourir 75 km avec 26% de batterie pour atteindre l’aire de Ressons-Ouest qui dispose d’une borne du réseau Corri-Door. A 110 km/h sur l’autoroute, ils atteignent la borne avec des sueurs froides : le e-Niro est passé en « mode tortue » sur l’accès à l’aire. La vitesse décline très rapidement et soudainement la vitesse maximale plafonne à 15 km/h, permettant tout juste d’atteindre la borne : Il reste 1% et 1 km d’autonomie.


Heureusement, cette fois la borne fonctionne correctement et ils récupèrent 58 kWh en 1h20, permettant de rentrer à Paris. Le temps de charge totale s’approche de 2 h 30 … heureusement qu’il n’y avait pas d’attente à la borne et qu’ils n’avaient pas prévu un rendez-vous en soirée…


Le tarif de la recharge est particulièrement salé : via le Pass Chargemap, ils ont du acquitter 23,16 euros, pour les 300 km effectués entre le matin et la borne de recharge.


Ce coût porte l’usage de la Kia e-Niro 64 kWh au même niveau que son équivalent thermique essence, pour une source énergétique pourtant pas encore frappée de fiscalité.


Cette expérience met également en avant la problématique de la fiabilité des bornes de recharge et le coût de leur maintenance qu’il faudra bien supporter d’une façon ou d’une autre.


Enfin, elle pose aussi la question de la tarification très variable des différents opérateurs de réseaux de bornes et de leurs opérateurs commerciaux (ChargeMap, Sodetrel, Ionity …)


Quand une voiture électrique prend feu, pour stopper l’incendie, il faut… une piscine !!!

Pour maîtriser l’incendie d’une BMW i8, les pompiers l’ont littéralement immergé dans une cuve Capture Brandweer Midden West Brabant
En quelques semaines, deux véhicules électriques ont pris feu. Pour éteindre les flammes et éviter une reprise, les pompiers les ont immergés dans de grands bassins d’eau pendant plusieurs heures.


Il n’existe pas encore de statistiques sur les risques d’incendie des véhicules électriques, mais chaque incident est évidemment observé de près et commenté sur les réseaux sociaux.


Samedi, une Tesla Model S branchée à une station de recharge à Anvers (Belgique) a été complètement détruite. En mars, une BMW I8 avait brûlé alors qu’elle était en charge dans une concession aux Pays-Bas.


La question de la maîtrise de ces incendies se pose alors que les autorités tentent d’encourager la circulation de ce type de véhicule sur les routes.


Les batteries lithium ion peuvent parfois présenter un phénomène d’emballement thermique en cas de court-circuit notamment lors de la recharge. La température de la batterie peut dépasser une centaine de degrés, ce qui conduit à un embrasement spontané du véhicule.
Sous surveillance pendant 48 heures
Même si le feu est maîtrisé, des reprises spontanées d’incendie peuvent se produire tant que la température du véhicule n’a pas intégralement baissé. Un phénomène qui n’existe pas avec un véhicule thermique. La solution la plus efficace ? Plonger le véhicule dans un grand bassin d’eau pendant plusieurs heures.
« Si la batterie haute tension prend feu, qu’elle est exposée à une chaleur élevée, pliée, tordue, fissurée ou brisée de quelque façon que ce soit, utilisez de grandes quantités d’eau pour la refroidir », précise une notice de Tesla à l’attention des pompiers.
Par ailleurs, le constructeur conseille de vérifier durant une période de 48 heures qu’aucun « point chaud » ne persiste au niveau des batteries en utilisant une caméra thermique.
L’autre précaution en cas d’incendie concerne les vapeurs toxiques que dégage le feu de batteries. L’intervention de pompiers ne peut se faire que sous protection respiratoire.
Et que disent les zécolos ?

C’est une arnaque qui prend de l’ampleur

PERMIS DE CONDUIRE : LA NOUVELLE ESCROQUERIE QUI VOUS CONTRAINT À RÉGLER LES AMENDES DES AUTRES

SARAH UGOLINI  PUBLIÉ LE 03/11/2019 À 11H33  MIS À JOUR LE 03/11/2019 À 15H40

Permis de conduire : la nouvelle escroquerie qui vous contraint à régler les amendes des autres SAUVEGARDER CET ARTICLE

Des arnaqueurs volent les numéros de permis de conduire perdus ou volés et les vendent sur Internet à des automobilistes souhaitant faire endosser et régler leurs amendes à d’autres.

C’est une arnaque qui prend de l’ampleur et qui tourne au cauchemar pour les victimes. Selon Le Parisien, de plus en plus d’escrocs ont décidé de vendre en ligne les numéros de permis de conduire perdus ou volés à des personnes souhaitant faire payer leurs PV à un autre. Un système bien huilé dans lequel des cybercriminels volent les données de permis de conduire perdus ou piratés et les diffusent sur Internet contre rémunération. L’objectif ? Faire endosser aux détenteurs des permis de conduire volés ou piratés des amendes pour des infractions qu’ils n’ont pas commises, en usurpant leur identité.

Ainsi, les acheteurs de ses numéros de permis paient environ la moitié du prix original de l’amende pour ne pas l’endosser eux-mêmes, mais la faire régler à des automobilistes innocents qui n’ont en réalité commis aucune infraction. Leur identité est en effet usurpée et leur numéro de permis de conduire est en réalité vendue aux plus offrants sur Internet. Selon Le Parisien, à Lille (Nord) en avril dernier, ce sont treize automobilistes qui ont été condamnés par le tribunal de police après avoir utilisé ce moyen pour ne pas avoir à payer leur contravention.

Clignotant : PV à 35 euros et retrait de trois points

Ardèche : plus de 200 conducteurs verbalisés pour absence de clignotant

Lundi 4 novembre 2019 à 18:18 – Par Florence BeaudetFrance Bleu Drôme Ardèche

L’opération a duré un mois. Pendant tout le mois d’octobre, les gendarmes de l’Ardèche ont alterné information et répression sur l’importance du clignotant en cas de dépassement ou de changement de direction. D’après le bilan fourni ce lundi, ils ont verbalisé 206 personnes.

Deux gendarmes ardéchois contrôlent une voiture
Deux gendarmes ardéchois contrôlent une voiture © Radio France – Timour Ozturk

Ardèche, France

Qui n’a pas râlé en suivant un conducteur qui tourne ou double sans clignotant ? Devant la recrudescence des mauvais comportements sur la route et la hausse du nombre de morts en Ardèche, l’escadron départemental de sécurité routière de la gendarmerie avait décidé durant quatre semaines d’accentuer les contrôles sur les clignotants. Les gendarmes ont alterné semaine d’information et semaine de sanction. 

PV à 35 euros et retrait de trois points

117 conducteurs ont ainsi été verbalisés mi-octobre. Sur la semaine écoulée, du 28 au 3 novembre, ils étaient 89. Soit un total de 206 personnes sanctionnées pour ne pas avoir fait usage au moins deux fois de suite du clignotant lors d’un dépassement ou d’un changement de direction. Chacun a reçu un PV de 35 euros et perdu trois points sur son permis.

Tragique, Il n’a pas pu sortir de la Tesla

UN HOMME MEURT DANS SA TESLA CAR LES PORTIÈRES NE SE SONT PAS OUVERTES APRÈS UN ACCIDENT

Par CNEWS – Mis à jour le 24/10/2019 à 15:20Publié le 24/10/2019 à 15:19PartagerTweet

L'homme a brûlé à l'intérieur du véhicule sans pouvoir sortir, car les portes étaient verrouillées.

 L’homme a brûlé à l’intérieur du véhicule sans pouvoir sortir, car les portes étaient verrouillées. [ROBYN BECK / AFP]

Au volant de sa Tesla modèle S, Omar Awan a heurté un palmier sur une route du Sud de la Floride. Les secours n’ont pas pu ouvrir le véhicule pour le sortir, car les portières étaient bloquées. Les batteries au lithium de la voiture se sont enflammées, et l’homme a brûlé vif à l’intérieur du véhicule.

L’avocat de la famille du défunt, Stuart Grossman, met en cause directement l’entreprise. Cette voiture présente selon lui un «risque de s’enflammer très important», et est la cause du grave accident d’Omar Aman.

Le modèle S possède des poignées de portes rétractables, qui sont censées apparaître lorsque la voiture détecte la clé à proximité. Les premières personnes arrivées sur les lieux n’ont pas pu ouvrir les portes, car le système était verrouillé et qu’ils ne pouvaient pas saisir les poignées, encastrées dans la carrosserie. «La voiture est trop automatisée», a déclaré Stuart Grossman. 

Omar Awan, anesthésiste de 48 ans et père de 5 enfants, s’était tourné vers l’entreprise d’Elon Musk par «sensibilité pour la cause environnementale», et également pour des raisons de sécurité, comme l’a rapporté son avocat. Le fabricant se vante en effet de mettre au point «les voitures les plus sûres jamais fabriquées». Pour l’avocat, la victime aurait pu se tourner vers d’autres marques de voitures luxueuses, mais a choisi Tesla.  «Ça l’a tué», affirme-t-il. 

La société se défend en rappelant que lors d’accidents, surtout lorsqu’ils provoqués par le fait que les voitures roulent à une vitesse élevée, les systèmes peuvent s’enflammer, qu’il s’agisse d’un véhicule électrique avec batterie ou d’un véhicule avec carburant classique. 

La police roule avec sa voiture & elle paye les amendes

Son avocate a effectué toutes les démarches pour changer le nom qui apparaît sur la carte grise.

Par Q.VPublié le 21/10/2019 à 11:09 Mis à jour le 21/10/2019 à 15:14Depuis 2015, une Nordiste, vivant dans la métropole lilloise, est toujours propriétaire d’un véhicule dont se servent les policiers de la PJ de Versailles. Une situation ubuesque, qui lui a valu depuis 65 amendes et bon nombre de points perdus sur son permis.

L’affaire, révélée par Le Parisien et confirmée auprès de l’avocate de la jeune femme, démarre par une enquête pour trafic de stupéfiants. Son frère est soupçonné d’avoir fait profiter ses proches des recettes de son trafic. La jeune femme de 33 ans est jugée pour blanchiment, car la justice juge trouble l’origine des fonds ayant servi à acheter son Audi A3 Break.

L’Audi en question est confisquée dès le début de la procédure, et est depuis utilisée par les forces de l’ordre. La Nordiste reçoit alors des amendes pour excès de vitesse et stationnement illégal alors qu’elle n’est plus au volant.

Nelly Terrier@NellyTerrier

Kafka dans la vraie vie. Les policiers roulent avec la voiture de Salma qui a été saisie, elle paye leurs amendes et voit son permis retiré. Un récit de @PascaleEgre – via @Le_Parisien https://www.leparisien.fr/faits-divers/la-police-roule-avec-sa-voiture-elle-paye-les-amendes-20-10-2019-8176695.php …La police roule avec sa voiture, elle paye les amendesDepuis la confiscation de son Audi par un juge et sa remise à un service de police, une habitante du Nord reçoit contravention sur contravenleparisien.fr1710:21 AM – Oct 21, 2019Twitter Ads info and privacy22 people are talking about this

Une quinzaine de courriers envoyés

« J’ai alerté beaucoup de magistrats » s’agace Me Audrey Jankielewicz, son avocate, qui a adressé « une quinzaine de courriers à Versailles, Valenciennes, Douai… tous ceux qui ont eu le dossier en main« . Sans que rien ne change.

Même lorsque la Nordiste est condamnée, en 2018, à une peine avec sursis, et que la confiscation de son véhicule devient officielle, elle reste propriétaire de la voiture utilisée par les forces de l’ordre.

« La carte grise est toujours à son nom« , dénonce son avocate, pointant « une faute de l’État« , qu’elle envisage même d’assigner en justice.

Quant à sa cliente, « complètement désemparée« , a vu vendredi dernier 2000 euros saisi sur son salaire de vendeuse en prêt-à-porter. Elle a aussi perdu deux fois son permis à cause des pertes de points cumulées. « Il est hors de question qu’elle repasse son permis !« , s’indigne l’avocate.

Les Gendarmes ont une Nouvelle Arme

Les radars peuvent désormais traquer les conducteurs sans assurance

Par une simple lecture de la plaque d'immatriculation, policiers et gendarmes peuvent savoir si tel ou tel véhicule est assuré ou non.
Par une simple lecture de la plaque d’immatriculation, policiers et gendarmes peuvent savoir si tel ou tel véhicule est assuré ou non. | JOEL LE GALL / OUEST-FRANCE

Qu’ils soient maniés par les forces de l’ordre sur le bord des routes ou automatiques, ces appareils peuvent désormais repérer les conducteurs roulant sans assurance. Gare aux amendes. Elles promettent d’être salées.

Partout en France, les forces de l’ordre disposent, à partir d’aujourd’hui, d’une nouvelle arme contre les automobilistes roulant sans le macaron vert collé sur le pare-brise : le fichier des véhicules assurés, faisant « parler » les plaques d’immatriculation.

Par une simple lecture de cette plaque lors d’un contrôle routier ou d’une verbalisation par radar automatique, policiers et gendarmes peuvent savoir si tel ou tel véhicule est assuré ou non. Gare aux contrevenants ! Explications.

Qu’est-ce que le Fichier des véhicules assurés ?

Introduit par la loi de modernisation de la justice du 18 novembre 2016 et établi avec les sociétés d’assurance, ce fichier contient les informations relatives aux contrats d’assurance souscrits par les particuliers : immatriculation du véhicule, nom de l’assureur, numéro du contrat avec sa période de validité…

Testé d’abord à Paris et en région parisienne, ce fichier est désormais étendu à l’ensemble de l’Hexagone, « après un travail de vérification de sa fiabilité », explique la Délégation interministérielle à la sécurité routière.

Si un véhicule est flashé par un radar automatique pour une infraction d’excès de vitesse ou de franchissement de feu, le fichier des assurances est systématiquement consulté. | FRANCK DUBRAY / OUEST-FRANCE.

En quoi ce fichier simplifie-t-il le travail des forces de l’ordre ?

En cas d’interception d’un conducteur par les gendarmes ou les policiers, le fichier permet de vérifier immédiatement l’assurance ou la non-assurance du véhicule.

Si un véhicule est flashé par un radar automatique pour une infraction d’excès de vitesse ou de franchissement de feu, et qu’un avis de contravention est envoyé à son propriétaire après les vérifications d’usage, le fichier est systématiquement consulté aussi.

Les fausses vignettes ne passent donc plus inaperçues, ni même l’argument maintes fois utilisé d’une attestation en cours de renouvellement… À noter que les engins militaires, les engins agricoles et les véhicules en plaque diplomatique échappent, eux, à ce contrôle.

Et pour réduire votre Consommation de Carburant, Vous avez Eco-Leau

Les gendarmes traquent les oublis de clignotants

Lundi 14 octobre 2019 à 3:10 – Par Timour OzturkFrance Bleu Drôme Ardèche

Sur les routes d’Ardèche, votre oublie de clignotant vous coûtera une amende forfaitaire de 35 euros et 3 points sur votre permis cette semaine.

Des gendarmes de la brigade motorisée de Tournon
Des gendarmes de la brigade motorisée de Tournon © Radio France – Timour Ozturk

Ardèche, France

Quand je dépasse, quand je tourne, quand je m’arrête… je mets mon clignotant. Le risque en cas d’oubli c’est l’accident. En Ardèche où le nombre de morts sur les routes est en forte augmentation cette année, des contrôles de gendarmerie spécifiques sont organisés. 

La semaine dernière il s’agissait de prévention. Cette semaine les gendarmes verbalisent ! Votre oubli de clignotant peut coûter une amende forfaitaire de 35 euros et 3 points sur votre permis. 

LIRE AUSSI

Et pour réduire votre Consommation de Carburant, Vous avez Eco-Leau

Les Radars fixes vont sanctionner un autre type d’infraction

Radars fixes : les véhicules sans assurance seront bientôt sanctionnés

Les véhicules qui seront flashés par des radars fixes vont être bientôt comparés au fichier des véhicules assurés. Un moyen de lutter contre ces pratiques très nombreuses.

Publié le 7 Oct 19 à 16:59

Les véhicules qui sont flashés seront bientôt contrôlés au niveau de leur assurance.
Les véhicules qui sont flashés seront bientôt contrôlés au niveau de leur assurance. (©Adobestock)

La chasse aux véhicules non assurés continue. D’ici fin octobre 2019, les automobilistes flashés par un radar fixe seront également contrôlés au niveau de leur vignette verte ! 

Objectif : lutter contre les conduites sans assurance qui concernent plus de 700 000 véhicules, selon une estimation de l’Observatoire interministériel de la Sécurité routière.

Une mesure qui fait suite à celle testée en région parisienne depuis le 4 juin 2019, avant généralisation dans le pays : le contrôle de la plaque d’immatriculation par les forces de l’ordre, qui peuvent accéder au fichier des véhicules assurés (FVA).

Une phase de prévention

Concrètement, si le véhicule est flashé par un radar pour excès de vitesse ou à un feu rouge, lors de l’établissement automatisé du PV au Centre national de traitement, à Rennes (Ille-et-Vilaine), la plaque sera contrôlée et comparée au fichier des véhicules assurés, constitué à partir de l’immatriculation, du nom de l’assureur et du numéro du contrat mentionnant sa période de validité.

Dans un premier temps et dans un souci de prévention, il n’y aura pas d’amende. Contactée par actu.fr, la Sécurité routière indique : 

Les propriétaires des véhicules contrôlés recevront un courrier d’information les invitant à régulariser leur situation.

Cette période de prévention devrait durer trois mois, avant une automatisation du système pour chaque contrôle de radar fixe, et contravention le cas échéant, souligne la Sécurité routière, qui indique communiquer officiellement sur le sujet d’ici quelques jours.

Le décret modifié, lui, a été publié au Journal officiel le 7 octobre 2019.

1200 radars tourelles d’ici fin 2020
Après la vague de destruction de radars dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, le Gouvernement a souhaité déployer les radars nouvelles générations, dits radars tourelles, avec comme objectif l’installation de 400 de ces radars d’ici la fin de l’année et 1 200 radars d’ici fin 2020, selon l’estimation dans le projet de loi de finances 2020. Déjà en cours de déploiement, ces nouveaux modèles, à peine installés, font déjà l’objet de destructions, comme le constate certaines rédactions locales d’actu.fr.
Selon Les Echos, les recettes des radars attendues au global sont donc en forte baisse cette année. Elles devraient être de 500 à 600 millions d’euros en 2019, alors que le gouvernement tablait sur plus d’un milliard d’euros. Pour 2020, il mise sur environ 730 millions d’euros.


LIRE AUSSI


Et pour réduire votre impact Ecologique, il y a Eco-Leau :

Les Voitures électriques, dont une tesla, Prennent Feu

Thouars. La voiture électrique en cours de chargement prend feu à la mairie

img_5446-718859

Le feu s’est déclaré vers 4 heures ce jeudi 12 septembre 2019. Deux véhicules ont été ravagés par les flammes.

Cliquez ici pour lire la suite

Autre Fait :

11 tonnes d’eau et un « conteneur spécial » utilisés pour éteindre une Tesla en Autriche

Il y a quelques jours à peine, la NHTSA a annoncé qu’elle ouvrait une enquête sur l’utilisation de la fonction « Smart Summon » de Tesla. Puis, il y a quelques heures à peine, nous avons signalé qu’une pétition avait été présentée à la NHTSA alléguant que Tesla utilisait des mises à jour logicielles en direct pour couvrir des problèmes dangereux avec les batteries.

Aujourd’hui, nous vous rappelons que ce n’est pas parce que la NHTSA a commencé à s’améliorer que Teslas n’a pas cessé de prendre feu dans le monde entier. L’exemple le plus récent vient de l’Autriche, où après qu’une Tesla a été impliquée dans un accident et a pris feu, les pompiers ont dû utiliser un conteneur spécial pour transporter les restes du véhicule et la batterie.

Selon une version traduite de cette information d’ORF News, un conducteur de 57 ans a perdu le contrôle de sa Tesla et a percuté un arbre, après avoir frappé la rambarde de sécurité. C’est alors que le véhicule a pris feu.

Le conducteur a eu de la chance, car « les gens qui sont passés sur les lieux de l’accident ont fait sortir l’homme du véhicule et ont appelé les services d’urgence ».

Pour éteindre l’incendie, la rue a dû être fermée et les pompiers ont dû faire venir un conteneur spécial pour refroidir le véhicule. Le conteneur contenait 11 000 litres (11 tonnes) d’eau et a été conçu pour éliminer le plus grand risque en cas d’accident de véhicule électrique, à savoir l’incendie de la batterie.

La batterie Tesla est montée sous le véhicule et contient des acides et des produits chimiques qui peuvent facilement s’échapper en cas d’incendie, mettant les pompiers en danger.

Voici le problème : selon l’article, il faut environ 11 000 litres d’eau pour éteindre une Tesla en feu, mais un véhicule de pompiers moyen ne transporte qu’environ 2 000 litres d’eau.

Le porte-parole des pompiers, Peter Hölzl, a averti que la voiture pouvait encore prendre feu jusqu’à trois jours après l’incendie initial.

Le conteneur utilisé est censé convenir à tous les véhicules électriques courants. Il mesure 6,8 mètres de long, 2,4 mètres de large et 1,5 mètre de haut, il est (évidemment) étanche et pèse trois tonnes.

Nous espérons que la NHTSA examinera attentivement ces photos, car il est devenu évident que le problème des incendies est très réel et très dangereux pour les Tesla. Nous ne pouvons qu’espérer que l’agence agira avec l’opportunisme nécessaire pour régler rapidement un problème qui met des vies en danger chaque jour.

SUR LE MÊME SUJET

Et pour réduire votre impact Ecologique, il y a Eco-Leau :

Nouvelles attaques des radars tourelles

Publié le 05 septembre 2019 – Par Nicolas – Catégorie: Les radars en général

Les radars tourelles attaqués à coups de fusil

Les radars tourelles attaqués à coups de fusil

Comme leurs prédécesseurs, les radars tourelles installés depuis début juin en remplacement des radars fixes détruits ces derniers mois subissent de nombreux actes de vandalisme. Mais un nouveau type d’attaque se fait de plus en plus fréquent.

Attaqués à coups de fusil

Au cours de ces dernières semaines, au moins trois radars tourelles ont été la cible de coups tirés à l’arme à feu.

A la fin du mois de juillet, c’est le radar installé sur la route entre Marseillan et Mèze dans l’Héraut qui a reçu un impact de balle de gros calibre laissant un trou béant dans la fenêtre basse de la cabine.

Quelques jours plus tard, toujours dans le même département, le radar de Servian sur la route entre Béziers et Pézenas a, lui aussi, reçu plusieurs coups de feu.

Enfin, la semaine dernière, c’est en Haute-Loire sur la nationale reliant Le Puy-en-Velay à Brioude que la cabine du radar tourelle a essuyé deux coups de fusil.

coups de fusil sur le radar tourelle de servian

Vers une multiplication de ces actes?

Les attaques à l’arme à feu sur les cabines radars ne sont pas une nouveauté, ces dernières années, de nombreux radars fixes en ont fait les frais mais le rythme semble s’accélérer avec les radars tourelles.

Une recrudescence qui s’explique certainement par le positionnement en hauteur des cabines.

Comme les radars tourelles sont installés sur des poteaux de plus de deux mètres, cela les rend bien plus difficile à mettre hors-service avec simplement de la peinture ou des sacs poubelles puisqu’il faut masquer les caméras de prise de vue qui sont installées tout en haut de la cabine à quatre mètres du sol.

Les dégradations plus extrêmes deviennent donc plus fréquentes. Et notamment les tirs à l’arme à feu qui semblent aussi facilités par cette position en hauteur.

En effet, avec les radars fixes classiques, les cabines sont à hauteur d’homme, les tirs se font donc à l’horizontal ce qui présente toujours un risque de ricochet de la balle. Avec les radars tourelles, le tir s’effectue vers le haut ce qui limite ce risque…

Ajoutons à cela le fait que les cabines semblent plus difficiles à incendier, et l’on comprend vite que même s’ils sont beaucoup plus bruyants, les coups de fusil sur les radars tourelles risquent de se multiplier.
A voir aussi :