Certains Membres des Forces de L’ordre N’ont aucune Humanité

(Photo : FRED TANNEAU/AFP via Getty Images)

(Photo : FRED TANNEAU/AFP via Getty Images)ACTUALITÉS

Confinement : verbalisation abusive en Bretagne d’une dame âgée en déprime

PAR SUZANNE DURAND27 avril 2020 Mis à jour: 27 avril 2020Partager

En pleine déprime, une dame âgée a été verbalisée de 135 euros parce qu’elle se promenait sur une digue à une centaine de mètres d’où elle séjourne.

Bien avant le confinement, une dame âgée, qui se prénomme Joëlle, s’est rendue en Bretagne pour voir des amis. Mais voilà, depuis le 28 février, Joëlle, qui a des problèmes cardiaques, se retrouve bloquée et tombe petit à petit dans la déprime. PUBLICITÉ

Son seul échappatoire est d’aller prendre l’air sur une digue à une centaine de mètres d’où elle séjourne. Filmée par un ami qui a diffusé la vidéo sur Twitter, Joëlle s’est fait verbaliser par des gendarmes. « J’étais au bout de la digue quand deux agents de la gendarmerie sont arrivés pour me verbaliser, alors qu’ils n’avaient pas le droit », dit-elle anéantie.

« Suis un peu en déprime parce que je voudrais rentrer chez moi »

« Je suis confinée depuis le 17, alors que je suis en séjour depuis le 28 février et je voulais m’en aller, hier j’ai eu les gendarmes pour me résonner dans le sens qu’il fallait que j’attende la fin du déconfinement le 11 mai, en étant pas sûre que j’allais partir ».

Des sanglots dans la voix, elle ajoute : « Suis un peu en déprime parce que je voudrais rentrer chez moi et pas trop en bonne santé non plus et pour me récompenser on m’a verbalisé de 135 euros, que j’ai dit que j’aurai du mal à payer ».

Le Général @LE__GENERAL

😖

Nos anciens méritent-ils ce traitement? pauvre dame Quel monde immonde!2,2239:30 AM – Apr 24, 2020Twitter Ads info and privacy2,031 people are talking about this

« Vous comprenez ma haine, vous comprenez ma colère »

La personne qui filme explique avoir fait venir les gendarmes la veille au soir pour raisonner son amie. « La police est venue à ma demande hier, voir Joëlle, parce que Joëlle ne va pas bien, elle veut prendre sa voiture et partir en Bourgogne et les deux gendarmes, très, très gentils l’ont raisonnée pour ne pas partir… Et les deux gendarmes qui sont arrivés aujourd’hui n’ont trouvé qu’une seule chose à faire, c’est de lui mettre une amende. Voilà… à vous de réfléchir… vous comprenez ma haine, vous comprenez ma colère », lance-t-il à la fin de la séquence.

Une infirmière du Jura verbalisée en revenant sans attestation d’une nuit blanche à l’hôpital, le Progrès.

On parle d’une infirmière…

Qui n’a pas dormi depuis 24 heures quand elle rentre chez elle en voiture et tombe sur des gendarmes. Ca se passe dans le Jura, c’est raconté ce matin notamment sur le site du Progrès. Notre infirmière est française, elle travaille dans un hôpital suisse avec des malades du covid 19 et le dernier qu’elle a désintubé a du, pense-t-elle lui envoyer une bonne dose de virus au visage, elle ne voit plus ses enfants qui habitent chez ses parents à deux heures de chez elle, bref, elle a des soucis… Elle est partie travailler avec l’attestation qui l’autorise à se déplacer, mais elle n’a pas pensé à en rédiger une autre pour son retour,  et quand les gendarmes la bloquent après sa nuit blanche, elle a beau montrer ses papiers de l’hôpital, elle prend son amende, 115 euros: elle écrit au Préfet…

L’attestation de déplacement en question

La présence du Préfet a été l’occasion pour la presse locale de l’interroger sur le recours déposé par l’infirmière haut-jurassienne contrôlée samedi 11 avril 2020 à 8 h près du poste frontière de La Cure après une nuit de garde aux soins intensifs où elle est affectée, et qui a écopé d’une amende de 135 €, car elle n’avait pas l’attestation qui justifiait son déplacement professionnel.

Si cette jeune femme a été verbalisée, c’est qu’elle n’était pas en règle, puisqu’elle n’avait pas en sa possession l’attestation correspondante », soulignait M. Vignon.

Il ajoutait que compte tenu des circonstances, il avait donné un avis favorable à ce recours ; sachant que la décision finale appartenait au Procureur. 

A l’issue d’un échange téléphonique entre les deux hommes durant l’après-midi, le Préfet a pu annoncer en direct que le Procureur donnait lui aussi un avis favorable à ce recours. 

Si l’on peut se réjouir de cette décision, on peut s’interroger cependant sur cette verbalisation, compte-tenu du discours de Christophe Castaner, ministre de l’intérieur à propos.

En date du 16 mars, il avait en effet déclaré concernant l’attestation : 

Il appartiendra à chacun de la remplir pour préciser la nature de son déplacement, sa destination et ses raisons. Ceux qui disposent de cartes professionnelles ou de certificats de leurs employeurs pourront être amenés à les présenter lors des contrôles. Leurs cartes pourront alors tenir lieu d’attestation.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 27 =