Une taxe poids lourds pour remplacer l’écotaxe ?

Une taxe poids lourds pour remplacer l’écotaxe ?


Transports

Les transporteurs routiers français refusent de payer une nouvelle taxe./ Photo DDM, Nathalie Saint Affre
Les transporteurs routiers français refusent de payer une nouvelle taxe./ Photo DDM, Nathalie Saint Affre

La ministre des Transports s’est dite favorable à une contribution des transporteurs routiers pour financer les infrastructures routières, faisant ressurgir le spectre de l’écotaxe.


Le retour d’une taxe pour les poids lourds était évoqué depuis l’été 2017 par le gouvernement. Elle devrait être présentée au Parlement «dans les prochaines semaines» a annoncé hier Elisabeth Borne, la ministre des Transports.

Elle a estimé qu’il serait «justifié que les poids lourds participent davantage» à l’entretien des infrastructures de transport et à la réalisation de nouveaux projets.

Selon Elisabeth Borne, la «contribution» demandée aux transporteurs routiers pourrait rapporter «quelques centaines de millions d’euros». Sa mise en place est prévue pour 2019.

Éviter la fronde de l’écotaxe


Mais les modalités de cette redevance sont encore floues. «Il faut un certain temps», avoue la ministre des Transports qui se dit prête à débattre avec les transporteurs. Mais selon la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), «cela fait des années qu’on discute avec le gouvernement. On veut bien tout entendre, mais en retour nous ne sommes pas entendus. On a fait 37 propositions au gouvernement, en incluant le financement des infrastructures, qui sont restées lettre morte.»

La nouvelle contribution ne devrait pas ressembler à l’écotaxe définitivement abandonnée par Ségolène Royal en 2013, suite à la fronde des «bonnets rouges» bretons. Depuis, les quelques portiques encore en place sont les stigmates d’un fiasco politique et économique que ne veut pas reproduire le gouvernement.


«Et en même temps, je crois aussi que tout le monde peut s’étonner de voir (…) des files de poids lourds qui traversent le pays, qui du coup génère un besoin d’infrastructures, posent aussi des problèmes de sécurité routière et qui, aujourd’hui, parce qu’ils font le plein chez nos voisins, ne participent pas du tout au financement des infrastructures», avait déjà déclaré Elisabeth Borne en septembre dernier, au sujet d’une possible mise en place d’une taxe sur les poids lourds.

Mais du côté des transporteurs routiers, on ne l’entend pas de cette oreille. Pour Jérôme Bessière, délégué Midi-Pyrénées de la FNTR, «la justification de la ministre concerne les transporteurs étrangers. Les transporteurs français, eux, payent déjà ce qu’il reste de l’écotaxe, à raison d’une augmentation de 4 centimes d’euros par litre de gazole. Or, on veut nous faire payer aussi cette nouvelle taxe.»

Les routiers prêts à monter au front

Jérôme Bessière estime que le problème vient du manque de transparence sur l’utilisation de l’argent que génèrent les déplacements routiers. «39 milliards d’euros sont générés par la route tous les ans et on en retrouve 19 milliards pour la gestion des infrastructures. Nous avons demandé un audit pour savoir où allaient les 20 milliards restant, mais il nous a été refusé. Visiblement, selon la Cour des comptes, une grande partie de cet argent sert à régler des factures sociales.»

Si une nouvelle redevance devait voir le jour, Jérôme Bessière n’exclut pas un mouvement massif des transporteurs français.

Edouard Philippe aurait-il oublié de régler la note ?

Edouard Philippe a-t-il laissé une dette de plus d’un million d’euros au Havre après son départ ?


Edouard Philippe aurait-il oublié de régler la note ? Le Canard enchaîné et Mediapart (article payant) affirment, mardi 10 avril, que de nombreux prestataires des 500 ans du Havre n’ont pas été payés. Le Premier ministre a été à la tête de l’organisation de cet événement alors qu’il était encore maire de la ville de Seine-Maritime. Au total, les impayés se monteraient à plus d’un million d’euros, selon Mediapart. L’événement s’était tenu à l’été 2017, alors qu’Edouard venait d’être nommé Premier ministre.

BUDGET Après la fête des 500 ans du Havre, certains prestataires n’auraient jamais été payés…

L.Br.

 — 

Edouard Philippe lors des Questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 4 avril 2018.
Edouard Philippe lors des Questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le 4 avril 2018. —NICOLAS MESSYASZ/SIPA


Edouard Philippe, ancien maire du Havre, est cité dans deux enquêtes deMediapart et du Canard Enchaîné. Les deux médias pointent des surcoûts dans les factures et plus d’un million d’euros d’impayés à l’occasion d’une fête organisée dans la ville.

C’est un anniversaire qui aura coûté cher. A l’occasion des 500 ans du Havre, à l’été 2017, une grande fête est organisée. Edouard Philippe, alors maire et président d’agglomération, préside le groupement « Havre 2017 » et dispose d’une enveloppe de 20 millions d’euros. De l’argent public, en grande partie. Le groupement choisit de confier l’organisation de l’événement à un unique prestataire : Artevia.

Mediapart indique que le choix de ce prestataire ne respecte pas les conditions d’attribution du contrat : l’entreprise n’avait pas eu un chiffre d’affaires de cinq millions d’euros par an en moyenne sur les trois exercices précédents, comme demandé. L’entreprise connaît même des problèmes de trésorerie depuis 2011, d’après le site d’information, bien avant la fête du Havre.


L’Etat d’urgence fait gonfler les dépenses de sécurité

Cette entreprise est placée en redressement judiciaire depuis janvier 2018. Impossible pour Artevia de payer les prestataires qui ont travaillé lors des 500 ans du Havre. Pour eux, ce manque à gagner se chiffre à plus d’un million d’euros.

Après ces révélations, la mairie du Havre a réagi dans un communiqué : « Il ne faut pas mélanger les difficultés de gestion d’une entreprise et la gestion de l’argent public, qui a été exemplaire dans cette opération. Le contrat avec le groupement qui a organisé l’événement a été passé conformément au droit des marchés publicset en toute transparence. Le groupement présenté par Artevia fournissait les garanties nécessaires ».


En parallèle, le Canard enchaîné révèle un dépassement de budget de plus de 6 %, soit plus d’1,2 million d’euros. Une dépense liée aux surcoûts de sécurité, comme le reconnaît le nouveau maire, Luc Lemonnier, qui évoque un « dépassement du budget lié à l’instauration de l’état d’urgence ». Contacté par Mediapart, Edouard Philippe n’a pas souhaité commenter ces révélations.

MOTS-CLÉS :

Les routiers prêts à Bloquer

Société

Les routiers prêts à rejoindre la contestation

La CFDT, premier syndicat du transport routier, a appelé vendredi les salariés du secteur à organiser des blocages sur les routes, les sites pétroliers et éventuellement les dépôts alimentaires.

La CFDT, premier syndicat du transport routier, a appelé vendredi les salariés du secteur à organiser des blocages sur les routes.

La CFDT, premier syndicat du transport routier, a appelé vendredi les salariés du secteur à se joindre au mouvement contre la réforme des retraites en organisant des blocages sur les routes, les sites pétroliers et éventuellement les dépôts alimentaires. Une motion a été votée lors d’une réunion du conseil de ce syndicat jeudi soir pour aider à « maintenir et amplifier le mouvement contre la réforme », a expliqué une représentante de ce mouvement.

Il est envisagé des opérations « escargot », des blocages routiers, mais aussi l’aide aux syndicalistes du secteur de l’énergie pour bloquer les dépôts de carburant et les raffineries, ainsi que le blocage des plates-formes de ravitaillement desservant la distribution, a dit le secrétaire général de la CFDT-Route, Maxime Dumont. « On attendait que le gouvernement prenne le pouls du mécontentement du pays, il n’a pas suivi la voie de la raison. Nous avons la possibilité dans le transport de faire un peu plus pour aider les salariés. On va rentrer dans le mouvement pour faire fléchir le gouvernement », a-t-il dit.

Pourquoi détruire la Zad?

Pourquoi détruire la Zad? Parce qu’elle « représente la possibilité d’exister autrement, de chercher la coopération plutôt que la compétition, de s’organiser sans hiérarchie entre les êtres, de régler les conflits sans police ni justice, de partager le commun en harmonie avec ce qu’on appelle la nature, de subsister sobrement, de sortir de l’assujettissement de l’argent… »




La Zad et la guerre civile mondiale

9 avril 2018 / par Hervé Kempf (Reporterre)

L’offensive du gouvernement contre la Zad vise à détruire la possibilité de vies alternatives. Et s’inscrit dans une tendance mondiale des classes dirigeantes néo-libérales à imposer un pouvoir fort.




2.500 gendarmes mobiles, des véhicules blindés, des hélicoptères, des camions, des bétaillères… ainsi que quelques centaines de CRS à Nantes et à Rennes, pour couvrir l’arrière… la France sera lundi 9 avril en guerre. Contre qui ? Contre quelques deux cents personnes, vivant dans un paysage de bocage où ils font du pain, de la bière, du maraîchage, et bricolent, discutent, lisent, vont et viennent. L’appareil militaire de la France, qui intervient au Mali, en Syrie, en Irak – sans que le Parlement en débatte, contrairement à ce que prescrit l’article 35 de la Constitution -, s’apprête donc à se déployer sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Lire

une mini maison passive locale et abordable

De paille et de bois,une mini maison passive locale et abordable

La coopérative wallonne EcoLodge a mis sur pieux sonWald-Cube, un habitat cubique écologique, passif, et réalisé essentiellement avec des matériaux locaux.
Un projet qui veut contribuer à secouer le secteur de la construction belge.

Reportage
Bosco d’Otreppe

Suivez-nous sur Facebook :https://www.facebook.com/LalibreInspire/

Il donne l’impression d’être arrivé sur la pointe des pieds. Et c’est un peu le cas. Au mois de septembre, en moins d’une journée dans le village de Cras-Avernas en province de Liège, le premier Wald-Cube s’est installé face aux champs et face au soleil auprès duquel il puise l’essentiel de son énergie.

« Mais attention, s’il peut en avoir l’air, le Wald-Cube n’est pas une cabane, ni même une cabane améliorée, précise d’emblée Vincent Mestdagh, administrateur de la société EcoLodge scrl. C’est une maison, une petite maison, mais une véritable maison. »

Le Wald-Cube est un habitat écologique, passif, et réalisé essentiellement avec des matériaux locaux, surélevé pour éviter les lourds travaux de terrassement.

Installé sur une dizaine de pieux qui le soulèvent à 45 centimètres du sol et qui évitent de lourds travaux de terrassement, le Wald-Cube est un habitat écologique, passif, et réalisé essentiellement avec des matériaux locaux, dont une grande partie de bois ardennais et de paille hesbignonne.

Trois modèles accessibles

« Notre objectif était très simple, précise Vincent Mestdagh en racontant l’origine du projet. Nous souhaitions démocratiser la construction écologique et passive. Savez-vous qu’environ 40% des émissions de CO2 d’un pays comme la Belgique sont issus du secteur de la construction, tant pour fabriquer les matériaux, les déplacer, la réalisation des travaux, que la vie au sein d’une maison classique ? En proposant un modèle d’habitat dans des matières durables, nous souhaitions proposer une alternative clé sur porte. »

40 % des émissions de CO2 d’un pays comme la Belgique sont issus du secteur de la construction.

Vincent Mestdagh, administrateur de la société EcoLodge scrl.

La coopérative EcoLodge qui est à l’origine des Wald-Cube propose dès lors trois formules, correspondant à trois dimensions : 44 mètres carrés de surface habitable, 48 et 63. Le tout, agrémenté d’une terrasse couverte de 14 mètres carrés. « Après, on offre un choix d’options en fonction de ce que l’on veut faire du Wald-Cube. Certains comptent y installer un bureau, d’autres un cabinet médical ou un atelier, d’autres enfin une vraie habitation. On peut très bien imaginer un kiné installer un Wald-Cube au fond de son jardin pour y recevoir ses patients. Ou une famille faire de même, mais pour accueillir les grands-parents ou des amis de passage. » Plusieurs Wald-Cube sur un même terrain peuvent composer un habitat groupé.

A Cras-Avernas, le Wald-Cube est un gîte. Ouvert sur la nature, avec une petite salle de bain, une cuisine bien équipée, deux chambres à l’étage et un séjour lumineux, il offre, il est vrai, un espace très confortable pour passer un week-end avec au maximum deux enfants (il peut accueillir jusqu’à 6 personnes). Pour y habiter à l’année, il faudra cependant apprécier la proximité et vivre léger : les espaces de rangement y sont ingénieux mais pas infinis. « Notez cependant que les Wald-Cube pourront s’assembler l’un à l’autre« , précise Dominic Morrenne, membre de la coopérative et propriétaire de l’habitat de Cras-Avernas.

En ne proposant pour l’heure que trois modèles, EcoLodge souhaite standardiser et rationaliser au mieux la fabrication, en atelier, de ses modules. Cela permettra à la coopérative de limiter au maximum la production de déchets et le coût global. « Quand on y pense, souligne Vincent Mestdagh, c’est incroyable que des jeunes qui souhaitent se loger et se lancer dans la vie doivent s’endetter sur 25 ans. »

60 000 euros – Coût minimum du produit fini et fonctionnel proposé par EcoLodge.

Pour 60 000 euros au minimum, la coopérative souhaite proposer un produit fini et fonctionnel qui puisse être commandé, fabriqué et installé en quelques mois, et qui n’impose pas au propriétaire qui souhaite construire avec des matériaux durables de devoirs courir derrière des dizaines de fournisseurs. « Démocratiser et rendre vraiment accessible la construction écologique, c’est aussi la simplifier« , insiste la société.

Non, vous ne rêvez pas

Non, vous ne rêvez pas : de vrais gendarmes cachés dans de faux radars !

 

En matière de camouflage, les gendarmes ne semblent jamais à court d’idées. On les savait parfois tapis sous un buisson, cachés derrière un panneau de signalisation ou plus traditionnellement dissimulés à l’intérieur d’un véhicule banalisé stationné en bord de route. Mais l’inventivé de nos fonctionnaires n’a pas de limite et le dernier stratagème gendarmier en date va certainement vous surprendre.

Cette nouveauté est actuellement expérimentée dans la région de Dôle (Jura) où deux faux radars ont été installés le mois dernier. D’aspect extérieur, les deux leurres ressemblent en tous points à d’authentiques cinémomètres. Ces faux radars s’en distinguent toutefois par une différence de taille : ils sont creux et offrent une cachette insoupçonnable à un fonctionnaire de gendarmerie équipé de jumelles cinémomètres laser.

« On va faire un malheur avec la généralisation des 80 km/h ! »

L’astuce est certes un brin tordue mais particulièrement efficace : + 68% d’excès de vitesse constatés et verbalisés sur les zones concernées depuis l’installation des nouveaux équipements. « C’est un outil très performant, constate le commandant Zergignac. Les automobilistes pensent passer devant un véritable radar et ne se méfient pas. Il s’agit sans doute du meilleur camouflage jamais mis au point par la Gendarmerie nationale. On va faire un malheur avec la généralisation des 80 km/h ! »

Quant aux détenteurs de Coyote et autres dispositifs avertisseurs de radars, ils semblent cette fois battus à plate couture. En effet, aucun dispositif technique moderne ne permet à ce jour de distinguer un authentique cinémomètre d’un faux radar servant de cachette à un gendarme équipé de jumelles-radar. Une seule échappatoire : ralentir.

La rédaction

Poisson d’avril Bien sûr !

 

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l’injection de vapeur d’eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d’info ICI


N’attendez plus, faites comme plus de 5000 de Nos Clients, Adoptez Un 
MOTEUR Eco-L’EAU

Porsche remporte l’appel d’offres pour la gendarmerie

 
Porsche remporte l'appel d'offres pour la gendarmerie contre Renault et Ford
Porsche remporte l’appel d’offres pour la gendarmerie contre Renault et Ford

Il va falloir ouvrir l’oeil sur les Porsche 911 !

Porsche remporte l’appel d’offres pour la gendarmerie contre Renault et Ford. La gendarmerie a pris l’habitude de passer des appels d’offres pour équiper ses brigades rapides d’intervention (la BRI) de véhicules puissants et dissuasifs.

Ayant cédé aux charmes d’un moteur de type Boxer avec la Subaru WRX en 2006, elle continue dans ce sens en commandant à Porsche 18 voitures. La 911 type 991 carrera 4S a retenu tous les suffrages face notamment à une Ford Focus ST moins performante.

Cet appel d’offres n’est pas perdu entièrement pour Renault qui continue d’équiper la gendarmerie de Mégane RS. La Porsche 991 4S servira essentiellement pour les départements transfrontaliers, afin de lutter contre les go fast.

 

EN SIGNANT AVEC PORSCHE, LA GENDARMERIE FRANÇAISE S’OFFRE UNE VOITURE DISSUASIVE

L’histoire d’amour entre Porsche et les différentes polices du monde n’est pas nouvelle, comme en témoigne ces quelques photos :

997-porsche-police

police-porsche

Les premiers véhicules seront livrés en juin prochain.

il s’agit d’un poisson d’avril bien sûr…


N’attendez plus, faites comme plus de 5000 de Nos Clients, Adoptez Un 
MOTEUR Eco-L’EAU

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l’injection de vapeur d’eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d’info ICI

cette vache : c’est un radar

Regardez bien cette vache : c’est un radar, et il débarque sur nos routes !

L’ère des radars pédagogiques semble en grande partie révolue et les contraventions qui leur sont liées connaissent une chute nette depuis quelques mois. En revanche, de nouveaux radars camouflés de dernières générations offrent des résultats record sur l’année 2017 !

Pour comprendre toute l’histoire, en 2015 déjà, nos confrères de « L’Écho De La Boucle » nous apprenaient qu’au total, six prototypes étaient testés sur les routes de France, et en particulier dans le Doubs, le Jura, et en Côte d’Or. Mais initialement prévu pour l’été 2016, les résultats des essais n’étaient pas satisfaisants. Les chiffres de l’année 2017 ont en revanche fait pencher la balance dans le sens de la prévention. Conséquence : pas moins de 500 « radars-vaches » seront dispersés sur l’ensemble de l’hexagone au 1e juillet 2018 !

Utilisés depuis 2013 en Italie et en Autriche, ces bijoux technologiques forcent les automobilistes à se méfier de toutes les vaches en bordure de route, et forcement, de ralentir ! Selon Pierre Blanchatre, délégué titulaire à la Sécurité routière, « Les nouveaux radars devraient être placés dans des zones potentiellement accidentelles, en particulier sur les Routes Nationales et Départementales limitées à 90 km/h, prochainement à 80 km/h. ». […] « Les recettes automatisées des radars devraient dépasser le milliard en 2018 ».

Certaines communes ont d’ores et déjà été invités à opérer certaines adaptations en fonction de la faune domestique locale, les radars-vaches seront vraisemblablement, si l’environnement le permet, implantés dans des champs, en bordure de route, et accompagnés de vraies vaches !

Les mordus de vitesse sont prévenus, il faudra maintenant lever le pied même sur les routes les moins fréquentées !

ceci est un poisson d »avril bien sûr !!!

N’attendez plus, faites comme plus de 5000 de Nos Clients, Adoptez Un MOTEUR Eco-L’EAU

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l’injection de vapeur d’eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d’info ICI

Insolite : Les cimetières des Volkswagen

Dieselgate : les gigantesques cimetières de voitures Volkswagen aux Etats-Unis

Par Jean-Baptiste LE ROUX




On se croirait dans une scène de la série à succès Walking Dead. Des centaines de voitures abandonnées sur des terrains vagues aux Etats-Unis, conséquence du Dieselgate.

Un Américain a eu l’idée de survoler l’un de ces dépôts de voitures avec son drone. Le résultat est impressionnant.

Des parkings de voitures abandonnées aux Etats-Unis


Un Américain a survolé, à l’aide de son drone, le Pontiac Silverdome. Situé dans le Michigan, aux Etats-Unis, cet énorme terrain de terre battue est l’endroit qui a vu naître le Big Foot, la légende du Monster Truck, une discipline très populaire outre-Atlantique. Aujourd’hui, Big Foot n’arpente plus le terrain. Des centaines de voitures l’ont remplacé. Des voitures abandonnées, suite au Dieselgate.

Visuellement, les images capturées par le drone sont impressionnantes. La résolution 4K y est pour beaucoup. On se croirait presque dans une scène post-apocalyptique de la série Walking Dead, où un groupe de survivants se bat face à une horde de zombies dans des États-Unis dévastés. Ces voitures ont été rachetées par le groupe Volkswagen, suite au scandale des moteurs truqués.


Volkswagen espère pouvoir les revendre d’occasion


Le groupe automobile les entrepose dans ce genre de parkings, ou plutôt de cimetières géants, en attendant de savoir quoi en faire. En octobre dernier, la marque allemande avait accepté de racheter à ses clients la bagatelle d’environ 475.000 véhicules, pour une somme totale de 10 milliards de dollars. Une campagne de rachat qui a poussé Volkswagen à embaucher 1.300 personnes dédiées à cette tâche énorme.


Chose amusante, on constate dans la vidéo que les Américains semblent avant tout friands des voitures blanches, rouges, grises et noires. Pour l’heure, personne ne sait ce que Volkswagen fera de ces véhicules. Le groupe espère pouvoir les revendre d’occasion, si jamais les autorités américaines validaient leur remise aux normes antipollution. Il faudrait pour cela que la marque allemande redore un blason bien abîmé outre-Atlantique.Découvrez Le système Hybride4All Qui permet de Faire des Economies sur tout les Moteurs Thermiques, quel qu’il soit: essence , diesel, GPL, Bio-éthanol.

 

Pollution de l’air, carburants, taxes, entretien, L’automobile coûte cher à l’environnement et aux Français. Conjuguez Economie & Ecologie…

Rouler à l'eau pour économiser du Carburant

un dispositif qui diminue la consommation de carburant grâce à l'injection de vapeur d'eau dans le moteur. Les ventes explosent. Plus d'info sur HTTPS://HybrideAeau.fr

Publiée par Moteur Eau sur Jeudi 6 décembre 2018

Moteur$.Bzh eco-leau.com : l’injection de vapeur d’eau, via ECO L’Eau, permet de ralentir l’usure prématurée des pièces moteur & apporte un plus au niveau confort de conduite : plus de couple, moins de sonorité moteur etc…
Le système a été doublement médaillé du concours Léonard de VINCI 2013 de La Fédération Française des Inventeurs [🇫🇷 &
Concours des meilleures inventions françaises 🇫🇷]
Des entreprises, à l’image du groupe SUEZ, SCREG & COLAS, Les Ebénistes ALLOT etc… ont déjà adopté le kit Hybride4All En savoir Plus

 

Faites tourner votre Moteur… à L’eau !

Un plombier investi pour la planète

Seine-et-Marne : un plombier invente un système pour gaspiller moins d’eau potable

Sidi Drici, plombier à Melun, a mis au point un système permettant de recycler l’eau usagée de la douche et ainsi l’utiliser pour tirer la chasse des toilettes.

Bernard PoiretteRTL Week-endBernard Poirette
TéléchargerSidi Drici a mis au point un système permettant de recylcer l’eau de la douche à destination des toilettes.Crédit Image : AFP / FRED TANNEAU | Crédit Média : Bettina de Guglielmo | Durée :  | Date : 

L’innovation d’un ingénieux plombier pourrait éviter un gros gaspillage d’eau potable pratiqué par tous au quotidien, celui provoqué par la chasse d’eau. Sidi Drici travaille à Rubelles, en Seine-et-Marne. Il a eu l’idée de recycler l’eau usagée de la douche en installant un récupérateur de 50 litres dont l’eau filtrée est ensuite réorientée vers la chasse d’eau des toilettes.

L’installation coûte de 600 à 1.000 euros en fonction de la maison, mais elle est vite rentabilisée. « Notre consommation d’eau a été divisée par deux, explique Aurélie, équipée depuis six mois dans la maison où elle vit, à Melun, avec son mari et leurs deux enfants. On a fait une bonne économie d’au moins 250 euros » sur cette période, illustre-t-elle.

« J’ai une petite fille de 3 ans qui commence à utiliser les toilettes et qui tire la chasse relativement souvent, le plus grand qui passe des heures sous la douche… On se rend compte qu’on jetait vraiment beaucoup d’eau, alors que maintenant on s’autogère », résume Aurélie.

Un plombier investi pour la planète

Plus de 80 foyers sont équipés de ce réservoir relié aux toilettes. Une fierté pour Sidi Drici, plombier depuis dix ans en Seine-et-Marne. « Qui jetterait un pack d’eau dans les toilettes une fois après avoir uriné ? Personne. C’est une aberration », s’insurge le plombier, qui précise qu’il n’a pas déposé de brevet. « Je fais cela pour la planète. Je pense qu’il va y avoir des enfants derrière nous et qu’il faut aussi penser à eux ».

Sidi Drici compte aller plus loin. Dans une vidéo, il interpelle le gouvernement pour que ce système devienne obligatoire pour toute nouvelle construction.